NOUVELLES
05/11/2015 12:36 EST | Actualisé 05/11/2016 05:12 EDT

Hydro One effectue la plus importante entrée à la Bourse de Toronto en 15 ans

CP

TORONTO — Hydro One, le distributeur d'électricité dont la vente a généré une controverse politique en Ontario, a vu son action grimper jeudi dès la première minute de transactions à la Bourse de Toronto, où il effectuait le plus important premier appel public à l'épargne (PAPE) en 15 ans au Canada.

L'action a ouvert la séance à 21,50 $, tandis que le prix du PAPE avait été établi à 20,50 $.

Le titre, qui s'échange sous le symbole boursier H, s'échangeait à 21,35 $ un peu avant 11 h — après avoir grimpé jusqu'à 21,78 $ — sur un volume de plus de 13 millions d'actions.

Le gouvernement ontarien a indiqué qu'il prévoyait utiliser le produit d'environ 1,66 milliard $ généré par la vente de 13,6 pour cent de sa participation dans l'entreprise pour financier des projets de transport et d'infrastructures.

La vente de 81,1 millions d'actions est la première étape d'un plan du gouvernement visant à se départir graduellement de 60 pour cent du géant des services d'énergie.

Trois autres appels publics à l'épargne d'environ la même taille devraient suivre, et devraient générer un total de 9 milliards $.

Environ 5 milliards $ de ce montant devrait être réservé au remboursement de la dette du service public, tandis que le reste sera utilisé pour financer le plan de 130 milliards $ sur dix ans de la province pour ses projets de transport et d'infrastructures.

La Banque Royale (TSX:RY) et la Banque Scotia (TSX:BNS), qui agissaient comme preneurs fermes dans l'opération, détiennent une option pour acheter 8,15 millions d'actions additionnelles, ce qui pourrait porter le produit total du PAPE à 1,83 milliard $.

Les marchés boursiers canadiens n'avaient pas vu un PAPE d'une telle ampleur depuis mars 2000, lorsque la Financière Sun Life a récolté 1,8 milliard $ en s'inscrivant à la cote du TSX.

La décision du gouvernement libéral de l'Ontario de vendre Hydro One a été décriée tant par les conservateurs progressistes que par les néo-démocrates, qui affirment que cela va entraîner une hausse des tarifs d'électricité.

Le Bureau du directeur de la responsabilité financière de l'Ontario a pour sa part fait une mise en garde par rapport à la vente d'Hydro One — une entité qui rapporte environ 750 millions $ par année au gouvernement. Selon le Bureau, la privatisation pourrait alourdir la dette de la province à long terme.