NOUVELLES
04/11/2015 01:28 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

Une tente géante, nouvelle porte d'entrée pour les migrants en Allemagne

"Mon numéro pour passer en Allemagne est le 42. Quand ils l'appellent, je pars!", lance Miywais Khan, un Afghan de 17 ans, blotti avec des centaines d'autres migrants sous une tente géante installée à la frontière germano-autrichienne.

Planté au milieu des champs en Autriche par les autorités locales, à quelques encablures de l'"Eldorado" allemand et de la commune bavaroise de Wegscheid, le refuge spartiate peut accueillir jusqu'à mille migrants en transit.

Il s'agit de l'un des cinq nouveaux points de passage à la frontière mis en place il y a quelques jours par l'Allemagne, dans le but de mieux contrôler et canaliser l'afflux des dizaines de milliers de réfugiés. Et la tente a atteint, dès son installation, le maximum de sa capacité.

Un sourire fatigué aux lèvres, Miywais Khan exhibe son bracelet en papier jaune fluo avec le numéro 42, promesse d'un passage prochain en Allemagne. Depuis près de 24 heures, il attend son tour avec sa famille dans la vaste tente érigée la semaine dernière.

- Une longue attente -

L'accueil n'y sera toutefois pas forcément celui qu'il espère: Berlin vient d'annoncer son intention de sévir avec les migrants afghans en particulier et d'accélérer le rythme des expulsions.

À l'intérieur, les réfugiés se reposent à même le sol, avec seulement quelques couvertures pour tout confort, tandis qu'à l'extérieur les températures fraîchissent de jour en jour.

"Au moins, il fait chaud ici!", se réjouit Ali Zaman Adhm, un Irakien de 35 ans, tout juste descendu d'un bus.

Pour faire partie des petits groupes qui, chacun son tour, pourront traverser le ruisseau tout proche marquant la frontière puis monter dans les bus affrétés par la police allemande à Wegscheid en direction de foyers en dur, il va falloir s'armer de patience. Le flot de nouvelles arrivées depuis le Sud de l'Autriche est à cet endroit ininterrompu, à raison d'environ 1.500 migrants par jour.

"Certains parlent de deux heures d'attente, d'autres d'une journée... Je ne sais pas très bien", s'interroge Ali, qui fait la queue pour le déjeuner: une soupe de légumes, du pain et des fruits servis dans des assiettes en plastique par des bénévoles de la Croix rouge autrichienne.

"Bien sûr, ce n'est pas parfait, la tente est souvent au-delà de ses capacités. Aujourd'hui, par exemple, c'est un peu serré car les réfugiés arrivés hier après-midi ne sont pas encore tous partis, et d'autres sont arrivés ce matin. Mais c'est déjà mieux que la semaine dernière", raconte Judith Raab, une bénévole autrichienne de 46 ans.

- Embouteillages à la frontière -

Fin octobre, l'afflux des migrants entre l'Autriche et l'Allemagne a conduit à un embouteillage à la frontière, à une situation parfois chaotique et à des tensions entre les deux pays.

À Wegscheid, tout comme à plusieurs autres points de passage frontaliers du sud-est de l'Allemagne, certains réfugiés ont dû passer la nuit dehors, dans des températures glaciales.

Berlin a finalement décidé de canaliser les arrivées en limitant à cinq, dont celui de Wegscheid, les possibilités de passage pour les migrants.

Depuis, "la situation s'est améliorée mais chaque journée reste pour nous un défi", tempère Albert Poerschke, porte-parole de la police fédérale allemande. "Nous ne pouvons toujours pas prévoir ce qui va se passer dans les semaines à venir ou le nombre de migrants qui arriveront ici", dit-il.

Les autorités ne tablent pas en tous cas sur une diminution du flux. Au total l'Allemagne attend pour l'ensemble de l'année au chiffre record d'au moins 800.000 migrants.

pc/ylf/at