NOUVELLES
04/11/2015 01:43 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

"Trading haute fréquence": de lourdes amendes requises en France contre l'américain Virtu et Euronext

Le gendarme boursier français s'est attaqué pour la première fois au "trading à haute fréquence" et a requis mercredi une amende de 5 millions d'euros minimum contre l'un de ses spécialistes, l'américain Virtu, et de 4 millions contre l'opérateur de la Bourse de Paris, Euronext.

Le "trading à haute fréquence" utilise des ordinateurs surpuissants et des calculs algorithmiques pour passer une multitude d'ordres en un temps record avec pour objectif de prendre de vitesse tous les autres acteurs.

La rapidité et les technologies très poussées rendent les contrôles d'autant plus ardus pour les régulateurs.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) reproche à Virtu d'avoir manipulé les cours de 27 titres de l'indice CAC 40 et à l'opérateur de la Bourse de Paris, Euronext, d'avoir manqué à ses obligations de neutralité et d'impartialité vis-à-vis des autres intervenants, en accordant un avantage commercial à Virtu qui lui a permis de développer sa stratégie.

Les faits se sont déroulés entre le 21 juillet et le 2 septembre 2009.

Les amendes ont été requises par le Collège de l'AMF, en charge des poursuites, lors d'une séance publique de la Commission des sanctions, qui est une sorte de tribunal de la Bourse de Paris et le seul habilité à sévir.

abx/cc/fpo/prh/at