NOUVELLES
04/11/2015 05:36 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

Syrie: l'ONU est prête à accueillir des discussions entre le gouvernement et l'opposition

L'ONU est prête à accueillir "dès que possible" des discussions entre le gouvernement syrien et son opposition pour mettre fin à quatre ans et demi de guerre dans le pays, a déclaré mercredi à Moscou l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

"Nous sommes prêts, l'ONU est prête, à commencer immédiatement ce processus. Quand? Dès que possible", a déclaré l'émissaire de l'ONU, qui s'exprimait après une rencontre avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

"Nous allons demander à l'opposition, à toute l'opposition", de prendre part à ces discussions, a poursuivi le diplomate en assurant qu'elles devaient commencer "rapidement et sans pré-requis d'aucun côté".

"Nous avons un plan. Nous devons travailler dessus rapidement", a-t-il ajouté, précisant que ce plan était basé sur le "communiqué de Genève", signé par les grandes puissances en 2012 et prévoyant une transition politique, et sur les discussions de Vienne organisées fin octobre.

Dix-sept pays, dont la Russie, les Etats-Unis, la France et pour la première fois l'Iran, se sont réunis vendredi à Vienne pour examiner les possibilités d'un règlement politique du conflit qui fait rage depuis plus de quatre ans et a fait plus de 250.000 morts en Syrie.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a pour sa part indiqué que "tout le spectre" de la société syrienne devait être assis à la table des négociations, et répété que le sort du président syrien Bachar al-Assad devait être décidé par "le peuple syrien".

Staffan de Mistura était à Moscou pour évoquer "le processus politique en Syrie (et) la mise en place d'un dialogue réel entre Damas et l'opposition syrienne", a expliqué mardi la porte-parole de la diplomatie russe.

L'émissaire de l'ONU rencontrait Sergueï Lavrov entre une visite à Damas lundi, au cours de laquelle il a fait part aux responsables syriens des résultats de la conférence de Vienne, et un voyage à Washington.

tbm/nm/cr/