POLITIQUE
04/11/2015 04:24 EST | Actualisé 04/11/2015 04:31 EST

L'absence d'un ministre des langues officielles envoie un «drôle de message», dit la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) s'étonne du fait qu'il n'y a pas de ministre responsable des langues officielles au sein du nouveau Conseil des ministres.

Aucun des membres du nouveau Cabinet de Justin Trudeau n'a officiellement le titre de ministre responsable des langues officielles.

Le ministère qui portait autrefois le nom de Patrimoine canadien et des Langues officielles est devenu tout simplement Patrimoine canadien dans la réorganisation des portefeuilles.

« Est-ce la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, l'honorable Mélanie Joly, qui est responsable des langues officielles, ou ce portefeuille fait-il partie des responsabilités directes du premier ministre, sachant que celui-ci s'est gardé les Affaires intergouvernementales? » demande la présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier. « Ce n'est pas clair à ce moment. »

« Ce qui est clair, c'est que personne n'en porte le titre, et ça envoie un drôle de message »

— Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA

La FCFA a tenu à réitérer son engagement à collaborer de façon « constructive et ouverte » avec le nouveau gouvernement, affirmant qu'elle cherchera à confirmer rapidement qui sera l'interlocuteur primaire dans le dossier des langues officielles.

« Notre priorité, c'est que quelqu'un au Cabinet puisse avoir l'autorité nécessaire pour veiller à la mise en oeuvre de la Loi sur les langues officielles et coordonner l'élaboration du plan amélioré en matière de langues officielles que le parti s'est engagé à développer avec les communautés », dit Sylviane Lanthier.

Immigration francophone

La FCFA, qui célèbre actuellement la Semaine nationale de l'immigration francophone, se dit satisfaite de la nomination de John McCallum au ministère de l'Immigration. Mme Lanthier espère que l'expérience politique du ministre permettra de faire avancer les dossiers plus rapidement.

« C'est important en termes de vitalité de nos communautés, explique Sylviane Lanthier. On a vraiment hâte de se mettre au travail en matière d'immigration francophone pour développer des nouvelles possibilités qui vont nous permettre de recruter davantage de francophones dans nos communautés. »

Mme Lanthier se dit prête à travailler dans le sens des priorités du nouveau gouvernement fédéral. « La question des réfugiés est importante pour eux, note-t-elle. Mais on sait aussi que, chez les Syriens par exemple, qui parlent français et qui peuvent, une fois qu'ils sont arrivés au Canada, on peut travailler avec ces gens-là pour leur offrir les services qui sont disponibles en matière d'immigration francophone si le Français est une langue dans laquelle ils sont à l'aise davantage que l'anglais. »

Nouvelle énergie, nouvelle approche

Sylviane Lanthier tient toutefois à souligner que la FCFA est ouverte d'esprit face à l'adoption d'une nouvelle approche face au dossier des langues officielles. « C'est un cabinet qui apporte une nouvelle énergie, qui va peut-être faire les choses de façon différente », dit-elle.

« Nous aussi on veut de toute façon voir des changements dans la façon dont le gouvernement fédéral travaille avec nos communautés. »

— Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA

Par ailleurs, la québécoise Marie-Claude Bibeau s'est vu confier le ministère du Développement international et de la Francophonie au sein du Cabinet de Justin Trudeau.

Galerie photo Le premier cabinet de Justin Trudeau Voyez les images
Galerie photo Assermentation de Justin Trudeau Voyez les images