NOUVELLES
04/11/2015 10:10 EST | Actualisé 04/11/2015 10:12 EST

La promesse de recevoir 25 000 réfugiés syriens sera tenue, assure McCallum

PC/Justin Tang

Accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici le 1er janvier demeure un « objectif ferme » du nouveau gouvernement de Justin Trudeau, affirme le nouveau ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada, John McCallum.

C'était la promesse qu'avaient faite les troupes libérales en campagne électorale et John McCallum a été catégorique en point de presse mercredi : « Ça reste notre objectif, on va travailler très fort pour y arriver ».

M. McCallum reconnaît « qu'il y a urgence » d'agir afin de remplir cet engagement ambitieux des libéraux. Pour ce faire, le nouveau ministre de l'Immigration a l'intention de mener moult consultations.

Comme tous ses collègues ministres qui viennent tout juste d'être assermentés, John McCallum va s'asseoir incessamment avec les fonctionnaires du ministère qui lui a été confié afin de mieux posséder les dossiers qui lui incomberont. Et la cause des migrants syriens figure dans les grandes priorités.

En conférence de presse, immédiatement après que le premier ministre Justin Trudeau eut tenu la première rencontre de son Cabinet, le ministre McCallum a affronté calmement la meute de journalistes désireux de savoir quelles directions le nouveau gouvernement libéral allait prendre.

Sur la question des réfugiés, le ministre a expliqué, tant en français qu'en anglais, qu'il allait s'agir d'un effort pancanadien. Car, dit-il, nombreuses sont les personnes et nombreux sont les organismes qui sont prêts à aider le Canada dans cette mission d'accueil.

« Nous nous adresserons aux gouvernements provinciaux, aux organisations non gouvernementales et internationales. Je crois que nous trouverons, à travers le pays, un grand désir de nous aider à accomplir cet objectif et je peux vous dire que cela demeure notre objectif. »

— John McCallum, ministre canadien de l'Immigration, des réfugiés et de la Citoyenneté

John McCallum a reconnu la nécessité de traiter ce dossier complexe de concert avec d'autres ministres : « Je vais travailler étroitement avec le ministre de la Défense, le ministre de la Santé, le ministre de la Sécurité publique et d'autres niveaux de gouvernement, car il y a aussi des maires qui sont intéressés par cette question », a-t-il déclaré.

En effet, au niveau municipal, il y a de l'intérêt : au cours des derniers mois, plusieurs grandes villes du pays se sont dites prêtes à aider.

Par exemple, à Montréal, le maire de Montréal Denis Coderre a clairement manifesté son intention de collaborer avec le premier ministre à cet égard. « Aussitôt que M. Trudeau est prêt, nous, on est prêts », avait-il affirmé.

Galerie photo Le premier cabinet de Justin Trudeau Voyez les images