NOUVELLES
04/11/2015 05:57 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

La justice française refuse d'extrader un opposant à Poutine vers la Russie

La justice française a rejeté mercredi la demande d'extradition déposée par la Russie à l'encontre d'un opposant franco-russe à Vladimir Poutine, Nikolay Koblyakov, accusé par Moscou de "fraude à grande échelle", a indiqué son avocate, Me Kamalia Mehtiyeva.

Le militant, dont le contrôle judiciaire a été levé, "ne risque plus rien sur le territoire français. Le dossier est fermé", a commenté l'avocate.

Nikolay Koblyakov est un des responsables de "Russie-Libertés", une association à l'origine de plusieurs manifestations contre le président russe en France et de plusieurs rapports, notamment sur la corruption en Russie.

Moscou avait demandé son extradition, l'accusant d'avoir falsifié des signatures lors de la passation de contrats en 2004.

"Les faits imputés à Koblyakov ont été commis seulement en France", relève la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris dans son arrêt consulté par l'AFP.

"C'est de façon artificielle (...) que les autorités judiciaires russes considèrent qu'une partie des faits aurait été commis sur leur territoire", est-il ajouté.

"Cette décision me donne du courage pour continuer à me battre pour la promotion des libertés en Russie", a déclaré à l'AFP le militant des droits de l'Homme.

En juillet 2014, il avait été arrêté en Bulgarie à la suite d'un mandat d'arrêt délivré par Interpol. La justice bulgare avait refusé son extradition, estimant "insuffisantes" les informations fournies par la Russie.

sde/ng/tmo/bpi/at