NOUVELLES
03/11/2015 21:30 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

La Grèce envoie 30 migrants au Luxembourg pour sa première relocalisation

Trente personnes, en majorité syriennes et irakiennes, quittaient la Grèce mercredi matin à destination du Luxembourg, dans le cadre de la première relocalisation de migrants arrivés sur le territoire grec.

Les six familles concernées, qui devaient s'envoler vers 06h30 GMT, ont été accompagnées au pied de l'avion notamment par le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le commissaire européen à l'Immigration Dimitris Avramopoulos, le président du Parlement européen Martin Schulz et le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn.

En vertu du plan de "relocalisation" décidé par l'UE, au total près de 160.000 migrants, dont 66.000 entrés par la Grèce, doivent être répartis dans les pays membres de l'Union. Deux départs ont déjà eu lieu depuis l'Italie en octobre, à destination de la Suède et de la Finlande, ce qui a concerné quelque 87 personnes, érythréennes et syriennes.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a reconnu que le départ de mercredi n'était qu'une "goutte dans l'océan", mais en espérant qu'elle devienne "un torrent, puis un fleuve d'humanité".

Il a considéré que "les procédures d'enregistrement et de relocalisation devaient commencer sur les côtes turques, et pas sur les îles grecques".

"La Grèce n'est pas la porte d'entrée, c'est la Turquie qui est la porte d'entrée", a-t-il martelé.

Jean Asselborn pour sa part a estimé que "les murs, les barrières et les barbelés ne peuvent pas être l'image de l'Europe à l'avenir".

M. Schulz a déclaré que "la réponse aux défis mondiaux ne pouvait pas être le particularisme national".

La situation presse : au moins 80 réfugiés, dont de nombreux enfants, ont péri la semaine dernière au large de Lesbos et d'autres îles grecques dans plusieurs naufrages en raison surtout de mauvaises conditions météorologiques.

Mardi, quatre autres personnes dont deux enfants se sont aussi noyées après être tombées d'un bateau-passeur qui se trouvait en difficulté au large de Lesbos.

Le commissaire Avramopoulos, tout en saluant le départ des trente personnes mercredi, s'est montré ferme sur les migrants économiques. Il a indiqué qu'il allait se rendre prochainement au Pakistan pour y discuter de la réadmission des migrants économiques pakistanais, et a assuré que les migrants économiques qui arrivent en Europe de manière irrégulière devraient rentrer chez eux.

jph-od/jh