NOUVELLES
04/11/2015 05:16 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

L'opposition à Zanzibar boycottera la prestation de serment du nouveau président tanzanien

Les dirigeants de l'opposition à Zanzibar ont annoncé mercredi qu'ils ne prendraient pas part aux festivités prévues pour la prestation de serment du nouveau président tanzanien John Magufuli, en signe de protestation contre l'annulation des récentes élections sur leur archipel semi-autonome.

Plusieurs chefs d'Etat africains sont attendus pour cette cérémonie jeudi à Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie, parmi lesquels le président en exercice de l'Union africaine, le Zimbabwéen Robert Mugabe.

Mais les chefs de l'opposition à Zanzibar ont refusé de faire le déplacement, se disant "mécontents" que la prestation de serment ait lieu alors même que la crise née de l'annulation des élections sur l'archipel n'est pas encore réglée.

"Personne ne semble se soucier de ce qui nous préoccupe, à savoir l'annulation - que nous contestons - des élections", a déclaré Nassor Ahmed Mazrui, le secrétaire-général adjoint du principal parti d'opposition de l'archipel, le Front civique uni (CUF).

La Commission électorale de Zanzibar a décidé le 28 octobre d'invalider, en raison de fraudes, les élections qui s'étaient déroulées trois jours plus tôt sur l'archipel et d'y convoquer un nouveau scrutin.

Quelque 500.000 électeurs avaient été appelés aux urnes pour élire le président de l'archipel et les parlementaires locaux, en même temps que le président et les députés tanzaniens.

La Tanzanie est née en 1964 de l'union du Tanganyika - continental - et de l'archipel de Zanzibar, qui bénéficie de son propre président et d'un gouvernement et d'un Parlement locaux.

Dès le lendemain des élections, Seif Sharif Hamad, vice-président de Zanzibar et chef du CUF, s'était déclaré vainqueur de la présidentielle locale, avant toute annonce officielle de résultats.

La journée de jeudi a été déclarée fériée pour permettre aux Tanzaniens de suivre la prestation de serment de M. Magufuli, qui succède à Jakaya Kikwete, lequel ne s'est pas représenté à l'issue de son second mandat, conformément à la Constitution.

Outre M. Mugabe, sept chefs d'Etat africains doivent assister jeudi à la cérémonie: les présidents du Kenya Uhuru Kenyatta, d'Ouganda Yoweri Museveni, du Rwanda Paul Kagame, de République démocratique du Congo Joseph Kabila, d'Afrique du Sud Jacob Zuma, du Mozambique Filipe Nyusi et de Zambie Edgar Lungu.

Candidat du parti Chama Cha Mapinduzi (CCM) au pouvoir, M. Magufuli a obtenu 58,46% des voix et largement devancé son principal rival Edward Lowassa (39,97%), membre du Chadema (Parti pour la démocratie et le développement).

Samia Suluhu Hassan, originaire de Zanzibar, deviendra la première femme vice-présidente de Tanzanie.

strs-pjm/cyb/ayv/cyj