DIVERTISSEMENT
04/11/2015 11:48 EST

«Forever Gentlemen»: Garou, Corneille et Roch Voisine, nouveaux crooners (PHOTOS/VIDÉO)

Les classiques sont éternels. Mardi au DIX30, Garou, Corneille et Roch Voisine nous l’ont prouvé avec leur spectacle Forever Gentlemen faisant revivre l’atmosphère rétro de l’époque Rat Pack. Une soirée emplie d’élégance, d’humour et couronnée par un invité-surprise: Robert Charlebois.

Cela ne s’invente pas. Comme au bon vieux temps, le trio est apparu en smoking tout en haut d’un escalier lumineux placé au milieu de la scène de l’Étoile, entourée de onze musiciens. Tout en descendant les marches sous les projecteurs, ils ont alors entonné le classique Ain’t That a Kick in the Head, une belle ouverture jazzy pour un spectacle clinquant au parfum de nostalgie avec quelques touches de blues ici et là.

Galerie photo «Forever Gentlemen» au DIX30 Voyez les images

À l’image des deux albums Forever Gentlemen, sortis en octobre dernier et déjà écoulé de l’autre côté de l’Atlantique à plus de 700 000 exemplaires, le spectacle éponyme reprend les titres phares qui ont marqué les années 1950 et 1960.

La plupart de ces incontournables tels Everybody Loves, New York New York, Fly Me to the Moon ou le chic I’ve Got You Under My Skin ont apporté hier une saveur irrésistible d’un ancien Las Vegas en plein âge d’or. Ont également suivi des pièces francophones tirées du répertoire de Charles Aznavour (Mes emmerdes), de Charles Trenet (La mer) et de Sacha Distel (La belle vie).

Les trois artistes ont visiblement pris beaucoup de plaisir à se retrouver ensemble. On sent bien au fond que ces gars s’apprécient et se respectent. Corneille s’est amusé à incarner les jeunes premiers devant ses deux aînés qu’il taquinait avec bonne humeur. Une petite danse de claquette et le voilà à chanter Singing In The Rain entouré de ses deux galants acolytes. Chemise ouverte, Garou a eu l’occasion de jouer avec sa voix grave en particulier avec That’s Life, autrefois glorifié par Sinatra.

Chacun d’entre eux avait son style, décontracté pour Garou, rythmé pour Corneille et tout en charme pour Roch Voisine. Entre deux chansons, le trio est revenu sur plusieurs anecdotes faisant de Roch Voisine le fanfaron de la soirée. Exit l’image proprette de l’artiste qui n’a pas hésité à prendre deux ou trois petits verres d’alcool pour se laisser aller à la facétie.

Des blagues, il y en a eu quelques-unes qui ont fait rire aux éclats l’audience surtout lorsque les artistes devaient se rappeler la chanson qui a accompagné leur première fois qu’ils ont fait l’amour. Occasion pour Garou et Rock Voisine de reprendre Sous le vent et Blue Velvet. Tandis que Corneille, c’était avec Hélène… de Roch Voisine, son hit sorti en 1989.

Le public a souvent ri et applaudi, mais il a aussi chanté, parfois à l’unisson, quelques refrains comme pour l’entrainant That’s Amore, un des nombreux grands succès de Dean Martin. Ensuite, la belle surprise de la soirée avec l’arrivée au piano de Robert Charlebois, qui s’est mis à interpréter une version française de Can't Help Falling in Love d'Elvis.

En deuxième partie du spectacle, la ravissante Marie-Ève Janvier a accompagné plusieurs chansons dont Cheek to Cheek un duo fort réussi avec Corneille qui s’est déroulé devant la projection sur grand écran des monuments parisiens. On s’y croyait presque. Le tout s’est terminé par deux rappels: Que reste-t-il et My Way, interprétés devant un public conquis et surtout ravi de cet adorable voyage dans le temps.