NOUVELLES
04/11/2015 12:10 EST | Actualisé 04/11/2016 05:12 EDT

Exercer la mémoire de votre enfant favorise sa réussite au secondaire

Elisabeth Schmitt via Getty Images
Boy doing his homework at desk in his room

Les enfants d'âge préscolaire qui obtiennent de faibles résultats à une tâche de mémoire de travail sont susceptibles de présenter un risque de décrochage plus élevé à 13 ans, révèlent des chercheuses de l'Université Sainte-Anne et de l'Université de Montréal.

L'étude a été menée auprès de 1824 enfants dont le développement a été suivi pendant des années dans le cadre de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec. Leur mémoire de travail a été évaluée au moyen d'une tâche d'imitation de placement d'objets et les enfants ont également été soumis à des tests sur l'intelligence verbale et non verbale.

Les résultats donnent à penser que les différences individuelles en bas âge quant à la mémoire de travail pourraient contribuer au risque de développement associé au décrochage scolaire.

La détection précoce de problèmes de mémoire de travail chez les enfants est possible comme ceux-ci présentent généralement des comportements dysfonctionnels en classe et à la maison.

Un enfant dont la mémoire de travail est inadéquate peut éprouver des difficultés à effectuer des tâches en présence de sources de distraction, à suivre des instructions séquentielles et à gérer son temps pour terminer son travail dans la période allouée, expliquent les chercheuses par voie de communiqué.

Les parents peuvent aider leur enfant à développer leurs capacités de mémoire de travail à la maison.

«En jouant à des jeux de rôle avec d'autres enfants, les enfants d'âge préscolaire exercent leur mémoire de travail; dans ce type d'activité, ils doivent se souvenir de leur rôle et de celui des autres. Favoriser la pleine conscience chez les enfants en les aidant à se concentrer sur le moment présent a également une influence positive sur le contrôle cognitif et la mémoire de travail», a dit l'auteure principale de l'étude, Linda Pagani, qui mentionne que des exercices de respiration et de méditation guidée peuvent être effectués avec les enfants d'âge préscolaire et ceux des écoles primaires.

Chez les enfants plus âgés, des activités d'aérobie à intensité élevée, comme le soccer, le basketball et la corde à danser, ont toutes des effets bénéfiques démontrés sur la concentration et la mémoire de travail.

«Il a été prouvé que les arts martiaux traditionnels, qui accordent une grande importance au respect, à l'autodiscipline et à l'humilité, aident les enfants, particulièrement les garçons, à améliorer leurs capacités de contrôle cognitif et de mémoire de travail, ajoute la directrice de l'étude, Caroline Fitzpatrick. Une autre stratégie prometteuse afin d'accroître la mémoire de travail chez les enfants est de limiter le temps qu'ils passent devant un écran (jeux vidéo, téléphones intelligents, tablettes et téléviseurs), qui peut nuire au contrôle cognitif en plus d'occuper des périodes qui pourraient servir à des activités plus enrichissantes.»

Les chercheuses signalent que d'autres recherches seront nécessaires pour étendre avec certitude leurs conclusions à l'ensemble des enfants d'âge scolaire.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal scientifique Intelligence.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 5 bonnes idées pour aider les parents Voyez les images