POLITIQUE
04/11/2015 08:23 EST | Actualisé 05/11/2015 12:06 EST

Environnement : une nouvelle ère commence au Canada, selon le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion

OTTAWA – À moins d’un mois du début de la Conférence de Paris, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, croit qu’une nouvelle ère commence pour le Canada sur le plan international.

« On va dire : "Nous revenons." Nous sommes là pour lutter pour les causes essentielles, que ce soit la justice, le développement durable, la liberté du commerce, l’aide aux pays en développement. Ce sont toutes ces questions-là sur lesquelles on pourra se pencher de façon très positive », a-t-il dit au HuffPost.

Le Canada, qui s’est mérité le titre de « cancre du climat » plus d’une fois, promet maintenant d’être un membre proactif dans la lutte contre les changements climatiques. La conférence de Paris se tiendra dans la capitale française du 30 novembre au 12 décembre.

Stéphane Dion a été ministre de l’Environnement sous l’ancien premier ministre Paul Martin et a contribué à prolonger la mise en œuvre du protocole de Kyoto pendant son mandat. Cette fois-ci, dit-il, tous les pays devront mettre l’épaule à la roue pour en arriver à un consensus.

« Il ne faut pas penser que le Canada à lui seul peut faire basculer les choses, précise le ministre des Affaires étrangères. Il faudra que tous les pays fassent énormément d’efforts. »

« Les grands émetteurs vont faire des efforts, mais ça nous amène quand même à un monde qui est au-delà de 3 degrés Celsius de réchauffement si on n’améliore pas notre effort collectif. »

Il espère, au terme de la Conférence de Paris, « faire un pas dans la bonne direction » afin de réduire les gaz à émission de serre et « aider les pays les plus vulnérables à s’adapter à un climat qui commence déjà à se dérégler ».

La nouvelle ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, ne s’est pas trop avancée sur le sujet sous prétexte qu’elle n’a pas encore été informée de tous les dossiers.

« Les Canadiens veulent un plan ambitieux, un plan différent. Alors on va travailler fort », a-t-elle laissé tomber en point de presse, mercredi en fin d’après-midi.

Le premier ministre Justin Trudeau a déjà invité tous les partis d’opposition, sauf le Bloc québécois, à se joindre à la délégation canadienne qui se rendra à Paris.

Les premiers ministres de toutes les provinces qui ne seront pas en élection à ce moment-là seraient aussi de la partie.

Trudeau a promis de travailler avec eux pour développer un cadre national contre les changements climatiques, mais n’a pas fixé de cible précise.

Cette discussion sur les cibles sera pour une autre fois, a promis Stéphane Dion.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le premier cabinet de Justin Trudeau Voyez les images