NOUVELLES
04/11/2015 04:56 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

Chine: un haut dirigeant appelle les entrepreneurs à s'opposer à "l'indépendance de Taïwan"

Un haut dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) a appelé mercredi les entrepreneurs de Chine continentale et de Taïwan à "s'opposer à l'indépendance" de l'île, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle, alors qu'une rencontre entre les présidents chinois et taïwanais aura lieu samedi.

Yu Zhengsheng, membre du Comité permanent du Bureau politique du PCC et président de la chambre consultative chinoise, a également appelé les chefs d'entreprise à "contribuer à promouvoir les relations entre les deux rives du détroit", lors du discours de clôture d'un sommet sur le commerce sino-taïwanais à Nankin (est).

"Le développement pacifique des relations entre le continent et Taïwan n'a pas été aisé et le facteur le plus important doit toujours rester l'engagement envers les fondements politiques -- maintenir le consensus de 1992 sur le principe +d'une seule Chine+ et s'opposer à l'indépendance de Taïwan", a déclaré M. Yu devant plus de 850 chefs d'entreprises, représentants d'industrie et économistes, selon la même source.

"Si ces fondements sont abandonnés, les relations de part et d'autre du détroit souffriront et les intérêts des peuples des deux rives seront atteints", a ajouté Yu Zhengsheng, alors qu'une rencontre prévue samedi à Singapour doit réunir le président taïwanais Ma Ying-jeou et son homologue chinois Xi Jinping pour un sommet historique.

Cette entrevue entre les deux hommes représentera l'aboutissement d'une politique de rapprochement graduel qui a vu en sept ans le lancement de vols directs, la conclusion d'accords commerciaux et un boom touristique entre les deux entités aux régimes politiques antagonistes depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

"Tous les partis politiques ainsi que le public devraient placer les intérêts de la nation et du peuple à la première place et choisir la bonne voie", a par ailleurs martelé M. Yu, dans une remarque visant le Parti démocratique progressiste (DPP), principal parti d'opposition taïwanais, traditionnellement sceptique par rapport à Pékin et donné favori pour la présidentielle qui aura lieu dans moins de trois mois.

L'élection est considérée comme perdue pour le Kuomintang (KMT), parti qui a opéré un rapprochement avec Pékin sous l'égide de Ma Ying-jeou.

ehl/cr/