NOUVELLES
04/11/2015 01:43 EST | Actualisé 04/11/2016 01:12 EDT

Camion charnier en Autriche: l'enquête transmise à la Hongrie

La justice hongroise a indiqué mercredi avoir accepté de centraliser l'enquête sur la mort de 71 migrants enfermés dans un camion fin août, sur requête de l'Autriche qui avait souhaité se dessaisir au profit du pays d'où le véhicule était parti et où la mort est survenue.

"Les autorités hongroises reprennent l'enquête sur la tragédie impliquant la mort de 71 migrants sur l'autoroute A4", a indiqué le procureur général de Hongrie Peter Polt à l'agence hongroise MTI.

Le parquet autrichien d'Eisenstadt (est), en charge du dossier depuis la macabre découverte le 27 août sur une autoroute autrichienne, avait adressé début octobre une demande en ce sens aux autorités de Budapest.

L'enquête autrichienne a établi que les victimes avaient été prises en charge par des passeurs le 26 août à la frontière serbo-hongroise, et étaient mortes d'étouffement peu de temps alors que le véhicule se trouvait encore en Hongrie.

Le camion contenant les corps des 71 migrants --59 hommes, huit femmes et quatre enfants-- avait été découvert en Autriche, abandonné au bord d'une autoroute, non loin de la frontière hongroise. Le drame avait profondément troublé opinion publique européenne.

Cinq suspects -- quatre Bulgares et un Afghan -- ont été interpellés et placés en détention provisoire en Hongrie.

Une sixième personne, un Bulgare de 32 ans détenu en Bulgarie et présenté dans un premier temps comme le chauffeur présumé du véhicule, a été remis en liberté début octobre faute de preuve.

Les enquêteurs estiment que la majorité des victimes, retrouvées en état de décomposition avancé, sont des ressortissants syriens, irakiens et afghans.

pmu/smk/pt