NOUVELLES
03/11/2015 09:49 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Un haut responsable de l'ONU effectue une visite "constructive" dans l'est rebelle de l'Ukraine

Le patron des opérations humanitaires de l'ONU s'est rendu mardi pour la première fois en territoire contrôlé par les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine, alors que les agences des Nations Unies font actuellement face à des difficultés pour y délivrer leur aide humanitaire, qualifiant cette visite de "constructive".

"J'ai eu une très bonne rencontre avec les représentants des communautés de Lougansk, MM. (Vassili) Nikitine et (Vladislav) Deïnego", a déclaré Stephen O'Brien, évoquant deux hauts responsables de la République populaire autoproclamée de Lougansk (LNR).

"Cela a été très constructif pour vraiment comprendre comment nous pouvons travailler ensemble (...) pour atteindre les personnes dans le besoin", a ajouté le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU lors d'un briefing à Donetsk, fief rebelle.

Stephen O'Brien a notamment visité mardi un village dans la région de Lougansk, avant de se rendre dans la "capitale" des séparatistes de la République populaire autoproclamée de Donetsk (DNR).

"La raison de ma visite était de m'assurer de bien comprendre où sont les blocages dans le système de livraison de l'aide humanitaire, si c'est du côté de Kiev ou du côté de Lougansk et de Donetsk", a-t-il précisé.

Les rebelles prorusses ont nettement resserré la vis autour du travail des ONG étrangères et des agences de l'ONU dans l'est de l'Ukraine, où le conflit a fait plus de 8.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

Les autorités de la DNR ont notamment interdit à de nombreuses ONG, dont Médecins Sans Frontières, et aux agences des Nations Unies de travailler sur leur territoire, après avoir refusé de leur délivrer l'accréditation nécessaire.

Selon un membre du bureau chargé des accréditations des ONG en DNR, les agences de l'ONU ont refusé de se plier aux règles permettant d'obtenir ce précieux sésame.

Certaines de leurs organisations, comme le Programme alimentaire mondial (PAM), peuvent cependant remplir une partie de leur programme en livrant leurs produits à une ONG partenaire accréditée, chargée de la distribution sur place, avait précisé cette source.

En LNR, les agences de l'ONU peuvent néanmoins travailler, après avoir aussi été sommées fin septembre de quitter la région.

"Les progrès réalisés sont très significatifs en terme de bureaucratie et concernant les procédures nécessaires", a déclaré Stephen O'Brien, évoquant cette région.

Il ne s'est pas exprimé sur la situation dans la région rebelle voisine de Donetsk.

is-lap/ant/cr/

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!