NOUVELLES
03/11/2015 09:51 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Taïwan : isolement diplomatique et dynamisme économique

Taïwan, dont le président Ma Ying-jeou va rencontrer samedi son homologue chinois Xi Jinping, est séparé du reste de la Chine depuis la prise de pouvoir par les communistes à Pékin en 1949, son isolement diplomatique se combinant avec une prospérité économique.

- Un archipel isolé diplomatiquement -

La "République de Chine" - une dénomination contestée par Pékin - est un petit archipel comprenant, outre l'île principale de Taïwan, celles de Quemoy, Matsu et Penghu.

Baptisée "Formosa" (la belle) par les navigateurs portugais en 1583, l'île est occupée par les Hollandais en 1624 puis les Chinois en 1661. Possession de l'empire des Mandchous, elle est cédée par Pékin au Japon en 1895 et prend le nom de Taïwan. Elle revient à la Chine après la 2ème Guerre mondiale, en 1945.

En 1949, à la prise du pouvoir par les communistes à Pékin, Taïwan devient le refuge du gouvernement nationaliste de Tchang Kaï-shek.

En 1971, elle doit céder à la République populaire de Chine son siège à l'ONU, qui ne reconnaît que Pékin.

En 1987, la loi martiale est abrogée après 38 ans et en 1991, l'état d'urgence est levé, mettant fin de facto à l'état de guerre avec la Chine, avec laquelle s'amorce un lent rapprochement.

Seulement une vingtaine de pays (surtout Amérique centrale, Caraïbes et Pacifique sud) entretiennent des relations diplomatiques avec Taïwan.

- Prospérité économique, malgré un recul -

La prospérité économique de Taïwan, sixième économie d'Asie et 26ème du monde, est fondée sur les exportations vers la Chine (environ 40%), les Etats-Unis et le Japon.

Taïwan, traditionnellement plaque tournante des exportations de technologies, a bénéficié du lancement l'an dernier du nouvel iPhone 6 d'Apple, un certain nombre de grandes entreprises de l'île, telles que Foxconn et TSMC, faisant partie des fournisseurs du géant à la pomme.

Toutefois, avec un recul de son produit intérieur brut de 1,01%, l'économie taïwanaise s'est contractée au troisième trimestre 2015 pour la première fois en six ans, en raison notamment d'exportations moins fortes qu'espérées et d'une baisse de la consommation.

Depuis le 11 novembre 2001, 24 heures exactement après Pékin, "Chinese Taipei" est membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en tant que territoire douanier souverain, et non comme pays.

La monnaie est le dollar de Taïwan.

- Un président fragile électoralement -

Ma Ying-jeou, élu président en 2008 et réélu en 2012, est un artisan du rapprochement avec Pékin, bien que son parti, le Kuomintang (KMT), soit l'héritier des nationalistes anticommunistes.

Le KMT, après 51 ans de règne, avait perdu le pouvoir pendant huit ans entre 2000 et 2008, sous la présidence de Chen Shui-bian, du Parti démocratique progressiste (DPP), traditionnellement sceptique envers Pékin.

Le KMT a enregistré une déroute fin 2014 aux élections locales, considérées comme un baromètre avant la présidentielle de 2016. Le KMT a recueilli 40,7% des voix contre 47,5% au DPP.

- 23,5 millions d'habitants -

Taïwan compte 23,5 millions d'habitants sur une surface de 35.980 km2 (comparable aux Pays-Bas) et la capitale, Taipei 2,6 millions.

La langue officielle est le chinois mandarin et le dialecte taïwanais (Min) est très répandu.

Les religions pratiquées sont le bouddhisme (43% de la population), le taoïsme (34%), le I-kuan tao (8%) - religion syncrétique inspirée du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme - et le christianisme (6%).

bur-vdr/mct

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!