NOUVELLES
03/11/2015 13:03 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Rencontre mercredi à Moscou entre l'émissaire de l'ONU sur la Syrie et Lavrov

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov va recevoir mercredi à Moscou l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, pour progresser dans l'établissement d'un "dialogue réel" entre Damas et l'opposition syrienne.

"Demain (mercredi) à Moscou, une rencontre entre Sergueï Lavrov et (Staffan) de Mistura aura lieu. Son thème principal: le processus politique en Syrie, la mise en place d'un dialogue réel entre Damas et l'opposition syrienne", a déclaré aux journalistes la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

L'émissaire de l'ONU "a eu ces derniers jours des contacts avec Damas. Nous espérons écouter les résultats de sa visite" en Syrie, a pour sa part déclaré l'envoyé spécial du président russe Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, cité par l'agence de presse russe TASS.

M. de Mistura s'est rendu lundi à Damas, où il a appelé à instaurer un cessez-le-feu au moment où Occidentaux, Russes et pays du Proche-Orient multiplient les efforts diplomatiques pour tenter de mettre fin à quatre ans et demi d'une guerre dévastatrice.

Les représentants du régime et de l'opposition syrienne seront "invités la semaine prochaine à Moscou pour des consultations", a ajouté le diplomate.

"Il n'y a pas de problème du côté du gouvernement, ils ont donné leur accord il y a longtemps. Nous sommes en contact actuellement avec les représentants de différentes organisations de l'opposition syrienne, afin qu'ils viennent à Moscou", a-t-il précisé.

Une telle réunion entre les parties syriennes et la Russie a été fraîchement accueillie par Washington.

"Nous pensons que c'est prématuré", a critiqué la porte-parole du département d'Etat, Elizabeth Trudeau, arguant du fait qu'un processus diplomatique entre une petite vingtaine de pays avait été enclenché fin octobre à Vienne et que ce forum représentait "un bon démarrage".

Cette conférence rassemblant tous les acteurs de la crise, mais à laquelle ni le régime de Damas, ni l'opposition syrienne n'étaient représentés, s'est tenue le 30 octobre dans la capitale autrichienne. Les pourparlers ont rapidement achoppé sur de nombreux points dont le principal est le sort du président Bachar al-Assad, et les participants sont convenus de se retrouver à la mi-novembre.

A la demande du régime syrien, dont la Russie est la principale alliée, Moscou mène depuis fin septembre en Syrie une campagne de frappes aériennes qui vise, selon elle, les groupes "terroristes", dont l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

Mais les rebelles syriens et leurs soutiens à l'étranger, notamment les Etats-Unis, accusent Moscou de viser avant tout les groupes rebelles qui menacent les positions des forces du président Assad.

En parallèle à sa campagne militaire, la Russie mène également des consultations en vue d'un règlement politique du conflit.

all/pop/kat/nr/bdx

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!