NOUVELLES
03/11/2015 01:38 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Mondial-2006: cinq figures clés du scandale allemand

La Fédération allemande de football (DFB), perquisitionnée mardi, est engluée dans un scandale autour de l'attribution du Mondial-2006 en raison d'un versement mystérieux de 6,7 millions d'euros à la Fifa. Voici les cinq personnages clés de l'affaire.

WOLFGANG NIERSBACH

L'ancien journaliste sportif de 64 ans, à la tête de la DFB depuis mars 2012, a admis, après des révélations de l'hebdomadaire Der Spiegel, le versement en 2002 à la Fifa de 10 millions de francs suisses (6,7 millions d'euros de l'époque) par l'intermédiaire du patron d'Adidas Robert-Louis Dreyfus, décédé depuis.

Selon M. Niersbach, il ne s'agissait pas d'un pot-de-vin mais d'un préalable, exigé par la commission des finances de la Fifa, pour obtenir une subvention de 170 millions d'euros visant à aider le pays à accueillir la compétition. La Fifa a rejeté ces affirmations.

Ce versement a été décidé peu après une rencontre entre la légende du foot allemand Franz Beckenbauer et le patron du foot mondial Sepp Blatter, selon M. Niersbach qui assure cependant qu'il "n'y a pas eu de caisse noire et aucun achat de voix".

FRANZ BECKENBAUER

La légende du football allemand, patron du comité d'organisation du Mondial-2006, a admis le 26 octobre avoir commis "une erreur", reprenant l'explication apportée par M. Niersbach et excluant tout versement de pot-de-vin "pour obtenir l'organisation de la Coupe du monde de football 2006".

L'homme qui a mené en tant que capitaine puis en tant que sélectionneur l'Allemagne aux titres mondiaux de 1974 et 1990 n'a cependant donné aucune précision sur les faits.

THEO ZWANZIGER

Le président de la DFB entre 2006 et 2012 a accusé l'actuelle direction du DFB de mentir sur les 6,7 millions d'euros et dénoncé l'existence d'une "caisse noire" au service de la candidature au Mondial-2006.

Il assure que l'ancien vice-président du comité d'organisation du Mondial, Horst Schmidt, lui aurait confié que la somme en question aurait été payée à un membre du comité exécutif de la Fifa, Mohammed Bin Hammam, l'ancien président de la Confédération asiatique (AFC) aujourd'hui radié à vie.

GÜNTHER NETZER

Theo Zwanziger affirme aussi que Günther Netzer, ancien meneur de jeu de la Mannschaft et ambassadeur du Mondial 2006, lui a confié le premier en 2012 que l'Allemagne avait acheté les voix de quatre représentants asiatiques au sein du comité exécutif de la Fifa.

Netzer nie ces accusations et menace de poursuites Zwanziger qui affirme, lui, que l'épouse de l'ancien milieu de terrain a assisté à leur conversation.

SEPP BLATTER

Le Suisse, suspendu de ses fonctions de président de la Fifa dans le cadre d'une enquête distincte pour corruption, rejette les accusations de Wolfgang Niersbach, selon lesquelles il aurait réclamé de l'argent en échange de la subvention de 170 millions d'euros.

"Je n'ai jamais exigé d'argent de Beckenbauer. Jamais dans ma vie. Et jamais non plus de la DFB, c'est tout simplement faux", a assuré Blatter.

ryj-cfe/alf/mam

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!