NOUVELLES
03/11/2015 13:01 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Ligue des champions: le Real punit Paris et file en huitièmes

Le Real Madrid, sans briller, a profité d'une bourde du gardien du Paris SG pour sanctionner l'incroyable manque de réalisme parisien (1-0) mardi en Ligue des champions, se qualifiant pour les huitièmes de finale avec encore deux matches à disputer.

Merci pour le cadeau! Le Real, seule équipe encore invaincue cette saison en Europe, a certes été bousculé par le PSG mais une sortie hasardeuse du portier allemand Kevin Trapp a permis aux Madrilènes de marquer sur une volée chanceuse de Nacho (35e), héros du soir, qui venait d'entrer en jeu après la blessure de Marcelo.

Au classement du groupe A, voici la "Maison blanche" seule en tête avec 10 points et assurée de finir à l'une des deux premières places qualificatives. Le PSG, qui a perdu son invincibilité au stade Santiago-Bernabeu, stagne pour sa part à la deuxième place (7 pts). Derrière, Malmö (3 pts) est à égalité avec le Shakthar Donetsk (3-0), qui a déroulé face au club suédois (4-0).

Pour le Real, cette prestation sans imagination face aux ambitieux Parisiens n'est pas forcément rassurante, à un peu plus de deux semaines du clasico de Liga face au FC Barcelone.

Mais à la décharge de la "Maison blanche", plusieurs éléments clés sont toujours convalescents, comme les attaquants Karim Benzema et Gareth Bale. Et le plan de l'entraîneur Rafael Benitez visant à renforcer l'arrière-garde madrilène continue de porter ses fruits: après deux victoires initiales contre Donetsk (4-0) et Malmö (2-0) puis le match nul 0-0 concédé à Paris, le Real n'a toujours encaissé aucun but en quatre matches de C1 cette saison.

- Di Maria brille en vain -

Au vu de la rencontre de mardi, il est pourtant impensable que le gardien Keylor Navas ne se soit pas incliné au moins une fois, alors que Paris a multiplié les déferlantes.

En première période, les Parisiens (rapidement privés de Marco Verratti blessé) ont tour à tour vu Blaise Matuidi (26e) écraser une reprise au point de penalty, Zlatan Ibrahimovic frôler deux fois le poteau sur deux frappes enroulées (31e, 34e) dont un coup franc ou encore Adrien Rabiot toucher le poteau (37e).

Il y a eu aussi ce centre parfait de Maxwell que Zlatan et Cavani n'ont pu reprendre (40e) ou, pire, cette offrande d'Angel Di Maria en contre attaque mal conclue par Edinson Cavani en duel face à Navas (45e).

En face, le Real pouvait bien laisser le ballon au PSG en espérant le piéger en retour, mais la seconde période vit les Madrilènes buter sur Trapp à plusieurs reprise, signe que le portier allemand a su être au moins présent sur sa ligne quand il y était, comme face à Isco (56e, 73e) et Kroos (81e).

Et Cristiano Ronaldo? Il a peu été en vue, contrairement à l'ancien joueur merengue Di Maria qui a réussi un gros match devant son ancien public, plein d'envie et de bonnes idées. Mais lui aussi a manqué de réussite, à l'image de ce coup franc axial repoussé par le haut de la transversale à deux minutes du terme.

Bref, avec son improbable but et son improbable buteur Nacho, défenseur formé au club, le Real version Benitez figure parmi les premiers qualifiés pour les huitièmes de sa compétition fétiche, qu'il a déjà remportée à dix reprises.

Reste, pour éviter à l'avenir de telles frayeurs, à retrouver l'étincelle offensive et à éviter de concéder autant d'occasions. La voilà, la fameuse "marge de progression" évoquée lundi par Benitez.

jed/sk

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!