NOUVELLES
03/11/2015 05:06 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Ligue des Champions - L'AS Rome sans défense

Séduisante, joueuse et résolument tournée vers l'offensive, l'AS Rome est pénalisée par une faiblesse défensive récurrente qui risque de lui coûter cher en Ligue des champions, où un résultat positif est obligatoire mercredi contre le Bayer Leverkusen.

12 septembre 2015 au stadio Matusa de Frosinone: AS Rome bat Frosinone 2-0. Des 14 matches disputés cette saison toutes compétitions confondues par les giallorossi, c'est le seul qu'ils aient terminé sans but encaissé.

A part Frosinone, tout le monde a réussi à marquer un but à la Roma, des plus grands comme Barcelone ou la Juventus, aux plus modestes, comme Palerme, l'Hellas Vérone et même Carpi.

En championnat, l'équipe de Rudi Garcia a déjà encaissé 13 buts en 11 matches, soit le septième bilan seulement de la Serie A. Et c'est à son attaque de feu (25 buts) qu'elle doit sa présence aux avant-postes.

Le bilan est encore pire en Ligue des champions. Curieusement, c'est face au Barça de Messi, Suarez et Neymar que les Romains ont le mieux résisté, avec un match nul 1-1 au Stadio Olimpico qui semblait alors encourageant.

Mais ensuite, la Roma a ouvert les vannes en grand: défaite 3-2 sur la pelouse du modeste BATE Borisov qui menait 3-0 à la demi-heure de jeu, puis rocambolesque match nul 4-4 à Leverkusen où les coéquipiers de De Rossi ont été incapables de serrer le jeu quand ils menaient 4-2.

Avec huit buts encaissés en trois matches, difficile de s'imaginer un avenir européen au-delà de la phase de poules, objectif pourtant légitime pour une équipe de ce calibre.

"Au match aller, en défense, nous aurions pu faire mieux sur le plan collectif", a euphémisé mardi Rudi Garcia en conférence de presse.

- le gardien, souci perpétuel -

Le technicien français est en fait en recherche d'équilibre entre la tendance à l'offensive naturelle de son groupe et la nécessité de mieux protéger son but.

La victoire obtenue il y a 10 jours sur le terrain de la Fiorentina en laissant l'essentiel de la possession à l'adversaire aurait pu faire office de référence dans le domaine défensif, mais encore une fois l'arrière-garde a fini par céder, dans le temps additionnel.

Et sur le plan individuel, la défense reste un chantier quasi perpétuel pour Garcia.

Dans les buts, le Polonais Szczesny, arrivé cet été d'Arsenal où il avait perdu sa place, alterne arrêts miracle et interventions trop moyennes. Le poste de gardien est d'ailleurs une faiblesse récurrente du club romain, qui cherche depuis très longtemps un spécialiste indiscutable.

La ligne défensive compte elle peu d'incontournables. Le Grec Manolas en est un et Lucas Digne, à peine arrivé du Paris SG a su se faire une place. Mais c'est un latéral très offensif, comme le sont à droite Maicon et Florenzi, milieu de terrain de formation.

Pour le deuxième poste en charnière, en attendant le rétablissement complet de Leandro Castan, Garcia a alterné entre De Rossi - un milieu de terrain - et Rüdiger, lui aussi à peine arrivé et qui manque pour l'instant de régularité.

L'opportunité de vendre cet été deux défenseurs centraux, Yanga-Mbiwa et Romagnoli, a d'ailleurs très vite été discutée par les médias italiens et les observateurs. Mais pour la Roma, il n'est plus l'heure de discuter mais bien de trouver la solidité, si possible dès mercredi à Leverkusen.

stt/dhe

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!