NOUVELLES
03/11/2015 11:14 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Le Québec observera la composition du cabinet de Trudeau avec attention

OTTAWA — Le Québec aura les yeux rivés sur Rideau Hall mercredi pour savoir lesquels des élus québécois siégeront au conseil des ministres, mais aussi qui seront les interlocuteurs dans les dossiers qui préoccupent la province.

Le premier ministre désigné Justin Trudeau dévoilera mercredi la composition de son cabinet. Peu d'informations ont filtré sur l'identité de ceux choisis parmi les 184 députés libéraux élus le 19 octobre. Il est toutefois établi que le chef libéral respectera la parité hommes-femmes et qu'il ne multipliera pas les postes de ministres, avec un cabinet qui se limitera à 30 personnes, au maximum. Le cabinet de Stephen Harper en comptait 39.

Les ministres sélectionnés par M. Trudeau devront refléter la diversité du pays, sur le plan culturel et, évidemment, régional. Le Québec devrait ainsi avoir sa part de ministres, et le chef libéral pourra piger parmi les 40 députés qui ont su gagner le coeur des électeurs québécois lors du scrutin. 

Les spéculations vont bon train. Parmi les Québécois que l'on risque de voir défiler aux côtés du premier ministre à Rideau Hall, on compte notamment l'ex-chef libéral Stéphane Dion et l'ancien astronaute Marc Garneau.

Mélanie Joly, ancienne candidate à la mairie de Montréal, de même que l'économiste Jean-Yves Duclos pourraient également être du nombre.

Les noms d'Alexandra Mendes, de Marie-Claude Bibeau, d'Emmanuel Dubourg et de Diane Lebouthillier ont également circulé dans les médias.

Qui sera nommé aux Affaires intergouvernementales est bien sûr d'intérêt pour Québec. Mais qui sera choisi pour être à la barre d'autres ministères clés sera également observé avec grande attention.

Le choix du nouveau ministre de l'Environnement risque entre autres d'intéresser Québec, notamment en raison de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui s'ouvre à la fin du mois à Paris et à laquelle participera le premier ministre québécois, Philippe Couillard. Le nouvel interlocuteur aura également un rôle central à jouer dans le dossier du déversement des eaux usées à Montréal.

Avec la crise qui secoue Val-d'Or depuis les révélations de femmes autochtones sur les agressions présumées de la part de policiers de la Sûreté du Québec, le ou la ministre des Affaires autochtones aura du pain sur la planche. M. Trudeau a par ailleurs promis une enquête publique sur les femmes autochtones disparues ou assassinées à travers le pays.

Québec aura nécessairement un oeil sur celui ou celle qui sera nommé aux Finances, ainsi qu'aux Infrastructures, pour s'assurer d'avoir sa part du gâteau.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!