NOUVELLES
03/11/2015 05:46 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Le pétrole ouvre en hausse à New York, optimisme à la veille des stocks

Les cours du pétrole ont ouvert en petite hausse mardi à New York car les investisseurs se positionnaient déjà avant l'actualisation mercredi des chiffres hebdomadaires sur les stocks de brut aux Etats-Unis, espérant un début de rééquilibrage.

Vers 14H10 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre gagnait 97 cents à 47,11 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En l'absence d'actualité, "tout le monde anticipe sur les chiffres des stocks", a déclaré Bob Yawger, chez Mizuho Securities. "J'attends une augmentation de 1,5 million de barils, moins de la moitié de la semaine dernière, et bien moins que les 8 millions de la semaine précédente", a-t-il dit.

Pour M. Yawger, ce ralentissement de l'accroissement des réserves serait favorisé par la remise en service de raffineries mises au pas par des opérations de maintenance. Elles se mettent à produire notamment du fioul de chauffage avec le rafraichissement des températures aux Etats-Unis.

Les chiffres du ministère américain de l'Energie (DoE) sont attendus mercredi, et doivent être précédés mardi après la clôture des échanges par l'estimation de l'association professionnelle API.

Une augmentation des stocks serait la sixième d'affilée, après le déclin traditionnel en été correspondant à la forte demande en essence favorisée par les déplacements automobiles estivaux.

La hausse des cours à l'ouverture de mardi leur permettait de rattraper largement le terrain perdu la veille, sous l'effet de considérations mondiales sur la persistance du décalage entre l'offre surabondante et la demande.

"Les orientations du marché pour le pétrole brut demeurent baissières avec l'offre qui excède toujours la demande et la crainte persistante que le dollar se renforce quand la Réserve fédérale américaine (Fed) augmentera finalement ses taux d'intérêt", notait Dominic Stewart, analyste chez ETX Capital.

Selon ce dernier, la perspective d'une faible demande chinoise et une production russe record ont également pesé sur les cours du pétrole.

L'annonce en début de semaine que l'activité manufacturière en Chine a continué de se contracter fortement en octobre, mais à un rythme moins prononcé que les mois précédents, était en effet jugée de mauvais augure pour la santé de la deuxième économie mondiale et du premier consommateur d'énergie au monde.

De même, aux Etats-Unis, l'activité manufacturière s'est un peu ralentie, même si elle est restée proche des attentes.

"Les données relatives à l'activité économique dans le secteur manufacturier publiées lundi en Chine et celles des Etats-Unis témoignent d'une croissance seulement modérée de la demande de pétrole chez ces deux pays, qui sont des consommateurs de brut de premier plan", soulignaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

bur-chr/jld/elm

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!