NOUVELLES
02/11/2015 21:34 EST | Actualisé 02/11/2016 01:12 EDT

Le développement "vert", "devoir de la Chine envers l'humanité" (Premier ministre)

Un développement économique plus durable et soucieux de préserver l'environnement constitue "un devoir de la Chine" à l'égard du reste du monde, a déclaré mardi le Premier ministre chinois Li Keqiang, au lendemain d'une déclaration franco-chinoise sur le climat.

"Le développement +vert+ est un passage obligé pour la Chine si elle veut promouvoir une restructuration de son économie", aujourd'hui en net ralentissement, et qui pourrait tirer profit de la croissance verte, a déclaré M. Li à Pékin, s'exprimant au côté du président français François Hollande.

"C'est également un devoir et une contribution de la Chine à l'égard de l'humanité en tant que grand pays du monde", a-t-il poursuivi, dans un discours clôturant les travaux d'un sommet franco-chinois intitulé "Économie et Climat".

Pékin s'efforce de rééquilibrer son modèle de croissance traditionnellement tiré par l'industrie lourde, l'immobilier et les infrastructures, secteurs très gourmands en énergie et en ressources naturelles.

Un modèle "devenu insoutenable" selon Li Keqiang. Le pays souhaite doper la consommation intérieure, le secteur des services et favoriser une montée en gamme de son industrie.

La Chine et la France se sont entendues lundi pour parvenir à un accord contraignant à la conférence de Paris sur le climat, assorti d'une clause de révision tous les cinq ans des engagements pris par les Etats, ce qui marque une nette évolution dans l'attitude de Pékin.

Responsable de quelque 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l'engagement de la Chine fait d'elle un arbitre majeur dans les négociations, dont la dernière session de travail à Bonn a ravivé la traditionnelle fracture entre pays développés et en développement.

En tant que chef de file du "groupe des 77" (qui rassemble les pays en développement), la Chine peut de fait exercer des pressions considérables sur ses partenaires à la conférence.

"Pour les pays en voie de développement, la lutte contre le changement climatique représente un défi et il est sûr qu'il y aura une période de difficulté et de souffrance", a souligné Li Keqiang mardi. "Mais ce que nous gagnerons en fin de compte, ce sera un développement durable et sain", a-t-il plaidé.

De son côté, François Hollande a appelé à "multiplier les alliances, les coopérations, les partenariats" entre les deux pays dans le domaine de la croissance verte.

"Nous considérons que nous avons une responsabilité mondiale parce que nous avons une grande histoire, parce que nous sommes des membres permanents du Conseil de sécurité (des Nations unies)", a-t-il ajouté.

blb-ehl-jug/ple/jh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!