NOUVELLES
03/11/2015 14:00 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

La Maison Aube-Lumière, à Sherbrooke, offrira l'aide médicale à mourir

SHERBROOKE, Qc — Un établissement de soins palliatifs à Sherbrooke a annoncé mardi qu'il offrirait à ses patients la possibilité de se prévaloir de l'aide médicale à mourir à partir du mois de février.

La Maison Aube-Lumière accueille des personnes atteintes du cancer en fin de vie. L'établissement rendra accessible à ses occupants, dans ses locaux, cette «mesure exceptionnelle» et «de dernier recours» en vertu de la Loi 2, qui entre en vigueur le 10 décembre prochain, a-t-il indiqué par voie de communiqué. Le conseil d'administration de la maison a adopté la mesure à l'unanimité.

L'établissement a choisi le mois de février puisqu'il veut se donner le temps de suivre les formations offertes par le ministère de la Santé et des Services sociaux, pour bien prendre connaissance des démarches à mettre en oeuvre et bien informer les employés, ainsi que les patients.

La présidente de la Maison Aube-Lumière, Élisabeth Brière, a soutenu par communiqué que les maisons de soins palliatifs n'étaient pas contraintes à offrir ce service, contrairement aux «établissements de santé».

Elle a fait valoir que cette décision respectait la «philosophie» de la maison, soit «de placer le patient au coeur de (ses) actions» puisqu'il pourra choisir comment il veut vivre ses derniers jours.

Le CA a également considéré le «fort consensus social» sur la question, a ajouté Mme Brière.

Le communiqué rappelle que seuls les patients qui correspondent aux critères prévus par la loi auront accès à cette aide. Ainsi, la personne en fin de vie doit exprimer «de manière libre et éclairée» son souhait de recevoir ces soins et son médecin devra s'assurer qu'elle respecte toutes les exigences.

Le quotidien «La Presse» révélait en septembre que les 29 maisons de soins palliatifs comptaient profiter d'un article de la loi qui leur permettrait de s'y soustraire. Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, avait réagi vivement à la résistance des médecins de l'unité des soins palliatifs du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) à offrir le service à leurs patients.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!