NOUVELLES
03/11/2015 05:06 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Iran: un restaurant qui imitait l'enseigne américaine KFC fermé

Un restaurant iranien qui imitait la marque de restauration rapide américaine KFC a été fermé à Téhéran sur ordre de la police, ont rapporté mardi les médias iraniens.

"La police a fermé le restaurant KFC car il n'avait pas d'autorisation et avait utilisé une fausse licence", a indiqué le site du Club des jeunes journalistes, qui dépend de la télévision d'Etat.

L'établissement, qui porte le nom de "KFC Halal" mais n'a aucun lien avec la marque américaine, avait ouvert ses portes il y a seulement trois jours.

La possible ouverture de chaînes de restauration rapide américaines, notamment McDonald's et KFC, a donné lieu à un débat public en Iran, où les médias conservateurs dénoncent une possible autorisation de l'activité de ces chaînes.

"Aucune chaîne de restauration rapide américaine ne possède de restaurant en Iran", a déclaré mardi Ali Fazeli, le président de la Chambre des métiers, cité par l'agence Ilna. "Les produits alimentaires du KFC iranien n'ont rien à avoir avec le KFC" américain, a-t-il dit.

"Conformément aux directives du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, nous ne donnerons aucune autorisation aux marques occidentales dans ce secteur" alimentaire, a-t-il ajouté.

"Les restaurants qui utiliseront des enseignes de fast-food américaines seront immédiatement fermés", a également prévenu un autre responsable de la Chambre des métiers, Mahmoud Shokri.

Le nom de McDonald's est bien enregistré en Iran, selon l'agence de presse de l'autorité judiciaire Mizanonline, mais la marque de restauration rapide ne peut pas y avoir d'activité car elle n'est pas inscrite au registre du commerce qui dépend de l'autorité judiciaire.

Mardi, l'ayatollah Ali Khamenei a encore appelé à la "vigilance" face aux Etats-Unis qui chercheront "à planter un couteau dans le dos" de l'Iran à la première occasion, malgré l'accord nucléaire avec les grandes puissances.

En septembre, il avait déjà mis en garde les autorités contre l'infiltration "politique et culturelle" des Etats-Unis, plus dangereuse encore que "l'infiltration économique et sécuritaire". "L'objectif de l'ennemi est que le peuple iranien abandonne son idéal révolutionnaire et perde de sa puissance", avait-il ajouté.

Le guide suprême, qui a le dernier mot dans les grandes affaires du pays, dénonce régulièrement les Etats-Unis, toujours qualifiés de "grand Satan".

Les Iraniens vont marquer mercredi par des manifestations à Téhéran et dans de nombreuses villes du pays le 36e anniversaire de la prise de l'ambassade américaine qui avait provoqué la rupture des relations entre les deux pays.

sgh/stb/bpe/mer

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!