NOUVELLES
02/11/2015 22:55 EST | Actualisé 02/11/2016 01:12 EDT

Chine: nouvelle et lourde condamnation d'un allié de l'ex-patron de la police

Un ancien responsable du Parti communiste chinois (PCC) a été condamné mardi à 12 ans de prison pour corruption, dernier en date des alliés de l'ex-grand patron de la sécurité chinoise tombé en disgrâce Zhou Yongkang à être écarté.

Selon le tribunal intermédiaire de Nanchang, capitale de la province du Jiangxi, Li Chongxi, qui présidait l'assemblée consultative du Sichuan --une province qui constituait une des bases de pouvoir de Zhou Yongkang-- a été reconnu coupable d'avoir encaissé des pots-de-vin pour un montant d'environ 11 millions de yuans (1,7 million de dollars).

Ses biens ont été confisqués ainsi qu'un "enregistreur numérique" qu'il utilisait, a indiqué le tribunal sur son site, sans fournir la raison de cette précision sur cet objet particulier.

Li Chongxi est le dernier nom sur la longue liste d'officiels chinois accusés de corruption et de délits divers balayés par la campagne anticorruption du président Xi Jinping, souvent comparée à une véritable purge politique des rangs du PCC.

Au Sichuan, Li Chongxi avait poursuivi une carrière à l'ombre de Zhou Yongkang, longtemps patron de cette puissante province, avant de prendre la tête à Pékin de la police et de la sécurité durant près de 10 ans.

Condamné à la prison à vie pour corruption en juin, Zhou Yongkang est le plus haut personnage du régime à tomber depuis des décennies pour ce motif: il était membre du comité permanent du bureau politique, le "saint des saints" du pouvoir politique en Chine, jusqu'à son retrait au dernier congrès du PCC en 2012, qui a vu l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Il avait été assigné à résidence un an plus tard.

En moins d'une semaine, cinq de ses proches avaient déjà été condamnés à de lourdes peines le mois dernier, dont Jiang Jiemin, l'ex-responsable de la supervision des entreprises d'État, qui a écopé de 16 ans de prison.

Mardi, un ancien haut responsable de la province voisine du Hunan, Yang Baohua, a par ailleurs été condamné à 11 ans de prison pour corruption, a annoncé le tribunal intermédiaire de Guilin.

Les critiques estiment que la campagne anticorruption du président Xi pourrait raviver les rivalités de factions à l'intérieur du PCC et rater son objectif déclaré d'assainissement du Parti en l'absence de réformes structurelles, telles que la publication du patrimoine des responsables politiques.

rld/slb/ple/jug/pt

ALLY FINANCIAL

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!