NOUVELLES
03/11/2015 12:50 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

C1 - Real-PSG: Trapp recalé à l'examen

Une bourde et c'est Paris qui redouble: le gardien allemand Kevin Trapp est arrivé au PSG cet été pour jouer les sauveurs lors des grands examens européens, mais le Real Madrid a sévèrement puni son placement hasardeux mardi en Ligue des champions (1-0).

Au plus fort de la domination parisienne au stade Santiago-Bernabeu, Trapp a mal jugé la trajectoire bombée d'une frappe contrée en première période. Sorti à la rencontre de Nacho sur la droite de sa surface, il a permis au défenseur madrilène de marquer d'une volée chanceuse à angle fermé qui a fini dans le petit filet (35e).

Soit le premier but en C1 du joueur formé au Real, qui venait tout juste d'entrer en jeu en remplacement du latéral brésilien Marcelo, blessé...

L'explosion de joie du Bernabeu a eu des allures de douche froide pour l'Allemand, qui a regardé impuissant ce ballon filer dans son but sur la seule occasion franche du Real jusque-là.

Facile d'imaginer ce qui se passait dans la tête de Salvatore Sirigu sur le banc des remplaçants parisiens: c'est parce qu'on le jugeait trop friable dans les grandes affiches que le gardien italien, plus expérimenté (28 ans), s'est vu reléguer au rang de doublure avec le recrutement de Trapp (25 ans) à l'intersaison.

- Les fantômes de Bordeaux -

Sur le reste de la rencontre, l'Allemand a pourtant fait ce qu'on attendait de lui.

Il a notamment capté un coup franc détourné de Cristiano Ronaldo (26e) et s'est bien interposé devant Isco, qui venait de signer un festival dans la surface (45e+1). Il a surtout dévié d'une claquette un tir détourné qui filait dans sa lucarne (56e), sorti du pied une frappe à bout portant d'Isco (74e) puis un tir puissant de Toni Kroos (81e).

Malgré toutes ces interventions réussies, il restera de sa prestation l'image d'un rendez-vous manqué, là où les circonstances auraient nécessité qu'il se surpasse.

Et aussitôt, ont ressurgi les fantômes nés de sa double boulette à Bordeaux en Championnat de France, où il avait offert le nul aux Girondins au Parc des Princes le 11 septembre (2-2).

Certes, Trapp avait reconnu ses tort. Certes, il s'était racheté en arrêtant un penalty contre Marseille (2-1), obtenant en trophée une bise de la popstar Rihanna dans les couloirs du Parc des Princes. Certes, son aisance balle au pied supérieure à celle de Sirigu s'inscrit davantage dans la fameuse "philosophie de jeu" voulue par l'entraîneur parisien Laurent Blanc, avec placement haut et participation à la relance.

Mais Trapp se savait attendu au stade Bernabeu et il s'est raté au pire moment. C'est dur pour ce gardien relativement anonyme, venu du modeste Eintracht Francfort et qui va devoir montrer une belle force mentale pour rebondir.

Car sa bévue n'est pas sans conséquence: le Real étant leader du groupe A et déjà qualifié grâce à cette victoire, voici le PSG contraint d'espérer un faux-pas des Madrilènes sur les deux dernières journées pour essayer leur ravir la première place, synonyme de tirage a priori plus abordable pour les huitièmes de finale.

Une deuxième place, cela voudra dire affronter un grand d'Europe dès le début de la phase à élimination directe. Et pour Trapp, un nouvel examen couperet ne serait pas forcément une bonne nouvelle.

jed/tba

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!