NOUVELLES
03/11/2015 12:53 EST | Actualisé 03/11/2016 01:12 EDT

Brésil : un procès disciplinaire contre le chef des députés

La Chambre des députés du Brésil a entamé mardi un procès disciplinaire qui pourrait couper court au mandat de son président, Eduardo Cunha, ennemi juré de la présidente Dilma Rousseff, et dont les pouvoirs l'autorisent à lancer une procédure de destitution à son encontre.

M. Cunha, qui fait l'objet de multiples accusations de corruption, est accusé d'avoir menti à ses pairs en niant qu'il avait des comptes bancaires à l'étranger, lors d'un témoignage devant une commission dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.

Bien que membre du Parti démocratique brésilien (PMDB, centre droit), le principal parti allié parlementaire du gouvernement, Eduardo Cunha s'est converti en ennemi juré de Mme Rousseff, en particulier depuis que l'étau de la justice s'est resserré autour de lui dans le cadre de cette affaire.

Et, de par sa fonction, le président de la chambre basse du Parlement brésilien jouit de la prérogative de soumettre ou non aux députés une demande d'"impeachment" soutenue par l'opposition, contre la présidente de gauche.

M. Cunha a été accusé en août par le parquet fédéral d'avoir touché cinq millions de dollars de pots-de-vin dans le cadre de l'affaire Petrobras.

Le parquet brésilien l'a en outre accusé récemment d'avoir fraudé le fisc brésilien à hauteur de 16 millions de dollars déposés sur des comptes secrets en Suisse, augmentant encore la pression sur ce député évangélique controversé.

Les partis PSOL (extrême gauche) et Rede Sustentabilidade (centre) l'ont dénoncé immédiatement auprès du Conseil d'éthique pour avoir menti et il risque de six mois de suspension à la perte totale de son mandat.

"Le procureur général de la République a confirmé officiellement l'existence de comptes bancaires au nom de Cunha, ce qui révèle un faux témoignage de la part du député, un acte incompatible avec la conduite parlementaire", affirme l'accusation de ces deux partis.

Le Conseil d'éthique est composé de 21 membres, la plupart du PMDB, qui devra choisir un législateur pour faire un rapport dans dix jours et qui sera évalué par les reste du conseil.

Si la procédure contre M. Cunha est acceptée il aura dix jours pour préparer sa défense et au bout de 90 jours tombera le verdict, qui est sans appel.

dw/cdo/ka/abk

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!