Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Procès Guy Turcotte: Son cerveau était «profondément malade», dit une psychiatre

Au procès de Guy Turcotte, la Couronne a poursuivi lundi son contre-interrogatoire de la psychiatre Dominique Bourget, qui résiste à ses tentatives de lui faire dire que l'accusé fonctionnait normalement avant le double meurtre de ses enfants et qu'il ne présentait pas de signes de maladie mentale.

Mme Bourget témoigne à titre de témoin expert au soutien de la défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux présentée par Guy Turcotte

L'homme de 43 ans est accusé du meurtre prémédité de ses deux enfants, Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans.

La psychiatre a témoigné la semaine dernière que l'accusé souffrait d'un trouble de l'adaptation sévère, avec humeur anxieuse et dépressive. Son cerveau était «profondément malade» le soir du 20 février 2009, quand il a poignardé à mort ses enfants, a-t-elle déclaré.

Me René Verret, l'un des procureurs de la Couronne dans cette affaire, contre-interroge l'experte en soulignant notamment qu'il estime que les symptômes de l'homme, selon lui, n'étaient pas significatifs: la tristesse, la peine et une certaine mise en retrait étant des réactions normales pour une personne qui vient de se séparer de son conjoint et qui doit composer avec la rupture de la famille.

Mme Bourget maintient, comme la semaine dernière, que son opinion clinique est basée sur un ensemble de facteurs, pas uniquement son attitude lors de la semaine précédant le double meurtre.

«Un trouble de l'adaptation ne se développe pas du jour au lendemain», a-t-elle souligné, sans se laisser démonter.

Dans ses réponses longues et touffues, la psychiatre répète que son diagnostic est complexe, et basé sur la preuve et ses rencontres avec l'accusé.

De son côté, le procureur de la Couronne tente de démontrer que son opinion clinique de la maladie psychiatrique dont souffrait supposément Guy Turcotte n'est en fait que cela, une opinion, et non une certitude. Surtout pour elle qui n'a rencontré l'accusé pour une évaluation que 11 mois après le drame.

Guy Turcotte a admis avoir causé la mort de ses enfants, mais maintient qu'il avait voulu s'enlever la vie le 20 février 2009, et ne pas se souvenir de tout ce qui s'est passé ce soir-là.

L'experte en psychiatrie judiciaire est à la barre des témoins pour une quatrième journée.

Le procès de Guy Turcotte a débuté à la mi-septembre au palais de justice de Saint-Jérôme.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'affaire Turcotte en quelques photos

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.