POLITIQUE
02/11/2015 03:46 EST | Actualisé 03/11/2015 07:23 EST

10 recrues du Québec à surveiller dans les quatre prochaines années

Rares sont les députés québécois qui ont gardé leur siège à Ottawa après la vague libérale du 19 octobre.

Le Nouveau parti démocratique, qui comptait 54 députés au déclenchement des élections, n’en a plus que 16. Les libéraux, eux, sont passés de sept députés en 2011 à 40.

Les conservateurs ont fait élire 12 députés et le Bloc québécois en a 10.

Tous devront donc composer avec des nouveaux venus en politique dans leur caucus au moment de reprendre les travaux à la Chambre des communes, la première semaine de décembre.

Ci-dessous, une liste de 10 recrues en provenance de la Belle Province qui pourraient nous surprendre jusqu’en 2019.

LIRE AUSSI :Qui pourrait faire partie du cabinet des ministres?

  • Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville, PLC)
    Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville, PLC)
    PC
    L’avocate et spécialiste en relations publiques s’était déjà fait un nom en terminant deuxième à l’élection à la mairie de Montréal en 2013. Après une course à l’investiture libérale serrée, elle est arrivée à ravir la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville à l’ex-bloquiste Maria Mourani qui tentait sa chance pour le NPD. Mélanie Joly est maintenant ministre du Patrimoine canadien.
  • François-Philippe Champagne (Saint-Maurice-Champlain, PLC)
    François-Philippe Champagne (Saint-Maurice-Champlain, PLC)
    Facebook
    Cet avocat et hommes d’affaires a cumulé de l’expérience en commerce international avant de se lancer en politique. Depuis 2006, il est vice-président de Bionest Technologies, une entreprise qui se spécialise dans les énergies vertes. On a vu voir l’ancien premier ministre Jean Chrétien à ses côtés pendant la campagne électorale. Il est maintenant secrétaire parlementaire aux Finances.
  • Mario Beaulieu (Pointe-de-l’Île, BQ)
    Mario Beaulieu (Pointe-de-l’Île, BQ)
    FOTOimage
    Élu chef du Bloc québécois en juin 2014, il a demandé à son prédécesseur Gilles Duceppe de reprendre la direction du parti à temps pour l’élection fédérale de 2015. Beaulieu était resté président du Bloc québécois. Maintenant qu’il est élu, il aura la chance de faire sa marque au Parlement en tant que critique aux Langues officielles et à la francophonie.
  • Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent, PCC)
    Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent, PCC)
    PC
    L’ancien député caquiste était considéré comme un candidat vedette pour les conservateurs. Il a été élu sans grande difficulté dans la région de Québec, qui a viré au bleu le 19 octobre, avec près de 20 000 voix d’avance sur son rival libéral. Il est maintenant critique de l’emploi, de la main-d’œuvre et du travail.
  • Jean-Yves Duclos (Québec, PLC)
    Jean-Yves Duclos (Québec, PLC)
    Facebook
    L’économiste de renom a défait la candidate néodémocrate par plus de 1000 voix, contre toute attente. Professeur à l’Université Laval depuis 22 ans et directeur d’une chaire sur les enjeux économiques des changements démographiques, il est maintenant ministre de la Famille au sein du gouvernement Trudeau.
  • Karine Trudel (Jonquière, NPD)
    Karine Trudel (Jonquière, NPD)
    Facebook
    L'ex-présidente du Syndicat des travailleurs des postes au Saguenay-Lac-Saint-Jean est l’une des deux recrues du NPD au Québec. Factrice depuis 1999, elle deviendra sans doute une voix forte du deuxième parti d’opposition à Ottawa dans le dossier de la livraison du courrier à domicile. Les libéraux avaient promis de maintenir ce service.
  • Marilène Gill (Manicouagan, BQ)
    Marilène Gill (Manicouagan, BQ)
    Facebook
    L’ancienne coordonnatrice du Regroupement des femmes de la Côte-Nord a obtenu l’appui des chefs syndicaux de la région pendant la campagne électorale. Elle a enseigné la littérature au cégep de Baie-Comeau et poursuit des études doctorales en lettres. L’ancien chef bloquiste Gilles Duceppe était venu trois fois dans sa circonscription pour appuyer sa candidate.
  • Alain Rayes (Richmond-Arthabaska, PCC)
    Alain Rayes (Richmond-Arthabaska, PCC)
    Le populaire maire de Victoriaville depuis 2009 a décidé de faire le saut en politique fédérale après avoir été approché par les conservateurs. Rayes a battu son plus proche rival – un libéral – par plus de 4000 votes. Il a remis sa démission à titre de maire deux jours après son élection.
  • David Lametti (LaSalle-Émard-Verdun, PLC)
    David Lametti (LaSalle-Émard-Verdun, PLC)
    Facebook
    Ce professeur dans la Faculté de droit de l’Université McGill se spécialise en droit des biens et de la propriété intellectuelle. Entre sa maîtrise de l’Université Yale et son doctorat de l’Université Oxford, il a été auxiliaire juridique à la Cour suprême du Canada. Il est maintenant secrétaire parlementaire de la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland.
  • Joël Lightbound (Louis-Hébert, PLC)
    Joël Lightbound (Louis-Hébert, PLC)
    Facebook
    À 27 ans, il est la plus jeune recrue des libéraux au Québec. Cet avocat, qui a gradué de l’Université McGill, s’intéresse aux aspects légaux entourant la protection de la vie privée sur Internet. Il est membre du Barreau du Québec et devrait être admis au Barreau de New York sous peu. Son collègue Jean-Yves Duclos et lui disent être prêts à être les porte-parole de la région de Québec auprès du gouvernement de Justin Trudeau.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Un nombre record de députés des Premières nations en 2015 Voyez les images