NOUVELLES
31/10/2015 14:26 EDT | Actualisé 31/10/2016 01:12 EDT

Le média Vice en cour contre la GRC en lien avec une ordonnance de production

TORONTO — Le média électronique Vice News ira devant les tribunaux contre la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui lui a imposé une ordonnance de production l'obligeant à remettre toutes les communications entre ses employés et un homme qui fait face à des accusations de terrorisme.

Le corps policier fédéral a décrété une ordonnance de production contre deux bureaux de Vice News en février, a révélé Patrick McGuire, chef du contenu de Vice Canada. Une telle ordonnance est similaire à un mandat de perquisition.

La police a demandé de recevoir «toutes les notes et tous les dossiers de communications» entre le journaliste Ben Makuch — ou tout autre employé — et un présumé membre du groupe armé État islamique (ÉI), Farah Mohamed Shirdon.

En septembre, la GRC a lancé un mandat d'arrêt au Canada contre Shirdon, un ancien résidant de Calgary, qui est accusé d'avoir participé aux activités d'un groupe terroriste et d'avoir incité d'autres personnes à commettre des activités terroristes.

Vice News a publié plusieurs entrevues avec Shirdon, dont une présentée sur vidéo.

Le chef du contenu a indiqué que l'entreprise se rendrait en cour pour tenter d'invalider l'ordonnance, arguant que le média n'était pas «la section d'enquête de la police».

«Même s'ils étaient venus nous voir et qu'ils nous avaient abordés plus gentiment, ce ne serait pas quelque chose pour laquelle nous les aiderions», a-t-il expliqué.

Vice News ne tente pas ainsi de protéger l'accusé, mais bien de protéger la relation entre un journaliste et sa source, a soutenu M. McGuire.

«Quand une source parle à un journaliste, elle doit croire et elle doit savoir que la conversation est protégée, et qu'elle ne sera pas remise à la police juste parce qu'elle le demande», a-t-il souligné.

Patrick McGuire a ajouté qu'aucune information d'intérêt public n'avait été gardée secrète.

Vice News plaidera sa cause devant un tribunal de Toronto le 11 janvier prochain.

La GRC n'a pas immédiatement répondu aux demandes d'entrevues de La Presse Canadienne.