NOUVELLES
31/10/2015 10:30 EDT | Actualisé 31/10/2016 01:12 EDT

La Nouvelle-Zélande remporte la Coupe du monde de rugby masculin à Londres

LONDRES — La Nouvelle-Zélande a défait l'Australie 34-17 en finale de la Coupe du monde de rugby masculin, samedi, au stade de Twickenham.

Les All Blacks ont donc remporté la Coupe du monde pour la troisième fois de l'histoire — un sommet —, et ils sont devenus la première équipe à défendre son titre avec succès.

Les Néo-Zélandais menaient 21-3 quelques instants avant la mi-temps, mais les Australiens ont ensuite tenté d'orchestrer la plus importante remontée de l'histoire du tournoi.

Les Wallabies ont marqué deux essais et réussi les transformations pour rétrécir l'écart à quatre points, mais les All Blacks ont riposté par l'entremise de Dan Carter. Le demi d'ouverture a réussi un drop et une pénalité pour permettre aux siens de respirer mieux, à 27-17 avec cinq minutes à jouer.

Les Australiens ont continué d'attaquer sans relâche, mais ils ont échappé une passe qui a été récupérée par l'arrière néo-zélandais Ben Smith. Ce dernier a effectué un court botté qui a été capté par le demi d'ouverture réserviste Beauden Barrett, qui a ensuite marqué l'essai et scellé l'issue de la rencontre.

Carter a complété le match avec 19 points, et il a finalement pu jouer un rôle clé dans la victoire des All Blacks, après s'être blessé pendant le parcours victorieux de la Nouvelle-Zélande lors de la Coupe du monde en 2011.

Ma'a Nonu a franchi 40 mètres pour atteindre l'en-but, procurant alors les devants 21-3 aux Néo-Zélandais à la 42e minute de jeu. L'éprouvante quête des Wallabies vers la finale de la Coupe du monde semblait finalement les avoir rattrapés.

Néanmoins, l'Australie a profité de l'indiscipline de Smith pour aplatir des essais. David Pocock et Tevita Kuridrani ont atteint l'en-but dans un intervalle de 10 minutes pour réduire l'écart à quatre points entre rivaux de l'Océanie. Les Wallabies menaçaient alors le record pour la plus importante remontée de l'histoire de la Coupe du monde.

Carter a toutefois retrouvé son aplomb et contribué aux succès de la Nouvelle-Zélande. Il terminera vraisemblablement sa carrière en ayant marqué 1598 points.

Depuis la finale de 2011, les All Blacks n'ont perdu que trois de leurs 54 matchs.

Outre Carter, c'était — fort probablement — le chant du cygne pour les légendaires joueurs de rugby néo-zélandais Richie McCaw, Conrad Smith, Nonu et le réserviste Keven Mealamu.