NOUVELLES
31/10/2015 12:57 EDT | Actualisé 31/10/2016 01:12 EDT

GP du Mexique: Rosberg bat encore Hamilton... le samedi

Nico Rosberg (Mercedes) a signé samedi sa 4e pole position d'affilée et sera en position idéale dimanche au départ pour remporter le GP du Mexique de Formule 1 face à son coéquipier Lewis Hamilton, déjà assuré d'un 3e titre mondial.

En bouclant un tour canon en 1 min 19 sec 480/1000, en fin de Q3, Rosberg a devancé de 188 millièmes Hamilton et donc récidivé après le Japon, la Russie et les Etats-Unis samedi dernier. Trois pays où il n'a pas réussi à gagner le dimanche, malgré sa pole position du samedi.

C'est aussi sa 5e "pole" de 2015, contre 11 pour Hamilton cette année, et la 20e de sa carrière en F1. Une performance d'autant plus cruciale que Rosberg, vice-champion du monde 2014, n'est plus que 3e du championnat, à quatre points de Sebastian Vettel (Ferrari).

Vettel a signé le 3e chrono de cette séance disputée devant un public très enthousiaste, ravi du retour de la F1 au Mexique après 23 ans d'absence. Il a été le seul autre pilote, avec ceux des Flèches d'Argent, à passer sous la barre de la minute et 20 secondes au tour. Il a devancé les deux Red Bull à moteur Renault du Russe Daniil Kvyat (4e) et de l'Australien Daniel Ricciardo (5e), séparés par un millième de seconde seulement.

Ricciardo partira donc de la 3e ligne, à côté de la Williams à moteur Mercedes de Valtteri Bottas, alors que l'autre pilote de Sir Frank, Felipe Massa, sera sur la 4e ligne avec la satisfaction d'avoir été le plus rapide en vitesse de pointe: 364,4 km/h au bout de la longue ligne droite (1,3 km) de l'Autodrome des Frères Rodriguez.

Massa, le vétéran brésilien, sera à côté du benjamin du plateau, le Néerlandais Max Verstappen (Toro Rosso), 18 ans. Meilleur temps de la première séance d'essais libres, vendredi matin, le jeune Max a encore réussi à aller jusqu'à la Q3, mais sans pouvoir chasser la pole position, en fin de séance.

Enfin, le héros local, le Mexicain Sergio Pérez, sera à la corde d'une 5e ligne 100% Force India, avec la perspective d'animer le peloton et de faire vibrer ses compatriotes pendant les 71 tours d'une course qui s'annonce torride, 23 ans après la victoire de Nigel Mansell dans une Williams, en 1992.

str-dlo/tba