NOUVELLES
31/10/2015 16:00 EDT | Actualisé 31/10/2016 01:12 EDT

Des Israéliens lancent un appel à la paix 20 ans après l'assassinat de Rabin

TEL AVIV, Israël — Des dizaines de milliers d'Israéliens et l'ancien président américain Bill Clinton ont commémoré le 20e anniversaire de l'assassinat du premier ministre Yitzhak Rabin, samedi soir, lors d'un rassemblement à Tel Aviv, au lieu même où il avait été abattu par un extrémiste juif.

Environ 100 000 manifestants ont participé à l'événement, et se sont remémorés les efforts pour la paix de Yitzhak Rabin. Ils ont fait un appel à la paix et à l'assouplissement de la ligne dure du premier ministre actuel Benyamin Nétanyahou sur le conflit israélo-palestinien.

À la place centrale de Tel Aviv, qui porte maintenant le nom de M. Rabin, aucun politicien en exercice n'avait été invité à parler pour tenter de garder un caractère non partisan à l'événement.

Les participants brandissaient des pancartes demandant la fin de la peur et le début de l'espoir et de la paix. M. Clinton, qui était président des États-Unis lors des négociations pour la paix de M. Rabin, a encouragé les Israéliens à s'inspirer de leur ancien premier ministre en ne «laissant jamais tomber la paix face à la violence».

M. Clinton a été chaudement applaudi lorsqu'il a déclaré que les risques pour la paix étaient moins élevés que ceux liés à son abandon. Il a ajouté que «ceux qui aimaient (M. Rabin) et qui aiment (Israël)» priaient pour que ses habitants «prennent la bonne décision».

Le rassemblement annuel est devenu une occasion de pèlerinage pour plusieurs Israéliens qui veulent rendre hommage à leur ancien dirigeant. Alors que les années passent, la mémoire du meurtre de Yitzhak Rabin, qui avait dévasté le pays, s'est dissipée, comme les espoirs de paix entre Israël et leurs voisins palestiniens.

M. Rabin avait été tué alors qu'il participait à un événement pour la paix, le 4 novembre 1995, par Yigar Amir, un Juif ultranationaliste qui s'opposait à l'idée de céder des territoires aux Palestiniens.

Les tentatives de paix entre les deux peuples ont toutes échoué et des flambées de violences ont éclaté sporadiquement, depuis. Alors que le pays assiste à un nouveau soulèvement sanglant, plusieurs Israéliens se demandent si la paix est vraiment possible.

En 1993, le gouvernement Rabin avait négocié un premier accord de paix provisoire sous la supervision de M. Clinton et en compagnie de son ministre des Affaires étrangères, Shimon Peres et du dirigeant palestinien, Yasser Arafat — ce qui avait valu au premier ministre et à ses deux partenaires le prix Nobel de la paix.

M. Rabin était présenté par plusieurs Israéliens radicaux comme un «traître» et certains extrémistes avaient mis sa tête à prix. Certaines personnes estiment que ce climat tendu avait encouragé l'assassin à commettre son geste.

De vieilles images du premier ministre Benyamin Nétanyahou, qui était chef de l'opposition à l'époque, ont refait surface samedi. M. Nétanyahou avait pris la parole à une manifestation où les participants portaient des pancartes avec des montages photos de M. Rabin portant un foulard arabe — comme celui qu'arborait M. Arafat— ou avec un uniforme nazi.