DIVERTISSEMENT
28/10/2015 10:10 EDT

ADISQ 2015 – le premier gala: les potins du tapis rouge

Courtoisie: ADISQ

L’ADISQ empruntait un nouveau tournant, mardi, en ramenant son Autre Gala – maintenant rebaptisé ADISQ: le premier gala – au Métropolis, après quatre ans passés au Théâtre St-Denis et à la Place des Arts. Une belle fébrilité régnait dans l’air lorsque les artistes ont foulé le tapis rouge étendu dans le hall de la mythique salle de la rue Sainte-Catherine, quelques minutes avant que ne s’amorce la remise de prix, animée par Olivier Robillard-Laveaux.

La fête était retransmise en direct à MusiquePlus et MusiMax, et sera rediffusée à MusiquePlus le jeudi, 29 octobre, à 17h, et le samedi, 31 octobre, à 20h, et à MusiMax, le vendredi, 30 octobre, à 20h. Voici quelques confidences recueillies entre deux flashs de photographes, en début de soirée.

Yoan

En nomination dans la catégorie Album de l’année: anglophone, Yoan, vainqueur de la deuxième édition de La voix, s’est finalement incliné devant Bobby Bazini et son Where I Belong. Mais le garçon était néanmoins très fier que son album éponyme ait été remarqué par les décideurs de l’ADISQ. «Ça fait très plaisir, c’est un velours, a-t-il exprimé. Ça fait chaud au cœur de voir que je suis rendu là, après un seul album, qui est sorti il n’y a pas longtemps. Moi, je suis très nouveau dans ce monde-là, mais je collabore avec des gens qui travaillent fort et qui comprennent ce que je fais. Je suis très, très content.» Yoan est actuellement en tournée et a annoncé qu’une grosse nouvelle le concernant sera dévoilée aujourd’hui, mercredi. À suivre!<

Édith Cochrane

L'artiste accompagnait son amoureux, Emmanuel Bilodeau, qui était en lice pour le Spectacle d’humour de l’année, avec son One Manu Show. Ce trophée a été remis à Cathy Gauthier et son spectacle Pas très catholique en fin de soirée. Édith a assuré la mise en scène du One Manu Show, et même si une partie du mérite de cette nomination à l’ADISQ lui revient de droit, la comédienne et animatrice a avoué se sentir «comme une touriste» dans cet événement dédié à la musique.

«Mais j’adore le tourisme, s’est-elle empressée de préciser. Je découvre une nouvelle ville et j’aime ça. Il y a quand même du monde que je connais, mais je me sens quand même touriste et pas du tout impliquée. C’est comme une nouvelle aventure!» Celle qui dit avoir eu des coups de cœur, dans la dernière année, pour les nouveaux albums de Jean Leloup, Fanny Bloom et Stéphanie Lapointe continue de co-animer Les enfants de la télé, est de la distribution de la deuxième saison de Série noire, qui sera disponible sur Tou.tv Extra dès la semaine prochaine, et signera une mise en scène au Théâtre du Vieux-Terrebonne l’été prochain.

Bruno Pelletier

Bruno Pelletier ne prend rien pour acquis. Le chanteur a confié que, même après toutes les années de carrière qu’il cumule au compteur, le fait d’être cité dans l’une ou l’autre des cérémonies de l’ADISQ le touche toujours au plus haut point.

«C’est un métier tellement difficile que, lorsqu’on prend la peine de reconnaître le travail qui a été fait, je pense qu’il faut être redevable. À chaque fois, je le prends comme un important privilège. Gagne, gagne pas, c’a peu d’importance, mais le fait d’être nommé est extrêmement gratifiant, à la base.»

Mentionné sous la bannière Spectacle anglophone de l’année, pour son tandem avec Guy St-Onge dans la tournée Musique et cinéma, Bruno Pelletier a été devancé à la ligne d’arrivée par The Barr Brothers et leur spectacle Sleeping Operator.

LIRE AUSSI:

ADISQ 2015 – le premier gala: les réactions des gagnants

Mara Tremblay

Le bonheur de Mara Tremblay porte plusieurs noms par les temps qui courent. Le regard de celle qui figurait parmi les finalistes aspirant à recevoir le titre de l’Album de l’année : alternatif, pour son plus récent opus, À la manière des anges, s’est allumé lorsque nous lui avons parlé de son fils de 13 ans, Édouard Tremblay-Grenier, qui incarne le personnage principal du film Les démons, de Philippe Lesage, qui prendra l’affiche ce vendredi, 30 octobre.

«Je suis «à terre» à chaque fois que je le vois jouer, a signalé l’heureuse maman. Il est hallucinant, il est vraiment bon. Il a passé une audition pour avoir le rôle, et il l’a obtenu haut la main!» Édouard a toujours été comédien, puisque son père, Daniel Grenier, ex-membre du défunt groupe humoristique les Chick’n Swell, l’a souvent intégré dans ses sketchs. Ceci dit, on ne prend pas les engagements d’Édouard à la légère, chez les Tremblay-Grenier.

«Maman l’a suivi pas mal tout le long du tournage», a avoué Mara en riant. Quant au fils aîné de cette dernière, Victor, il joue de la batterie dans les spectacles de sa mère. À propos de sa présence à l’ADISQ – le premier gala, Mara a déclaré ceci:

«Dans ma catégorie, je me retrouve avec plein d’amis, mais on ne fait pas tous le même genre de musique. Certains ont un son plus rock, et d’autres, plus relax. C’est une catégorie fourre-tout, mais dans le bon sens. Ce n’est pas de la musique linéaire, c’est le fun d’être là.» Le disque Zulu, de Galaxie, a récolté les honneurs en guise d’Album de l’année: alternatif.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les gagnants du Gala de l'ADISQ 2014 Voyez les images