NOUVELLES
27/10/2015 07:17 EDT | Actualisé 27/10/2016 01:12 EDT

Denis Sassou Nguesso, trente ans à la tête du Congo

Revenu au pouvoir par les armes en 1997, le président congolais Denis Sassou Nguesso se présente comme le garant de la paix au Congo et pourrait briguer un nouveau mandat en 2016 après l'annonce officielle mardi de la victoire du oui au référendum constitutionnel de dimanche.

Son opposition a qualifié de "tricherie" ces résultats d'un scrutin qu'elle avait qualifié de "coup d'État constitutionnel".

Le projet de nouvelle constitution, devant encore être promulgué pour entrer en vigueur, fait sauter la limite d'âge et celle du nombre des mandats présidentiels qui empêchaient M. Sassou Nguesso de se représenter après plus de 31 années cumulées à la tête du pays.

De stature imposante, le cheveu ras, le sourire carnassier et le regard assuré, Denis Sassou Nguesso est né en 1943 dans la bourgade d'Edou, à plus de 400 km au nord de Brazzaville.

Après un passage par l'école normale, il renonce à devenir enseignant pour embrasser une carrière militaire au moment où le Congo obtient son indépendance de la France (1960).

Entre 1961 et 1963, il suit une formation militaire à l'école des officiers de réserve de Cherchell dans une Algérie encore française, puis à l'école d'application de l'infanterie à Saint-Maixent (sud-ouest de la France).

Jeune officier, il participe en 1968 au mouvement qui renverse le président Alphonse Massamba-Débat et porte au pouvoir le commandant Marien Ngouabi. L'année suivante, il participe à la fondation du Parti congolais du travail (PCT), et siège au comité central de ce parti unique acquis alors au marxisme-léninisme.

Élément clef du système sécuritaire du régime comme chef du Groupement para commando (GPC), puis ministre de la Défense, il accède à la tête de l'État en 1979, deux ans après l'assassinat de Ngouabi.

- Triomphe électoral -

En 1988, il accueille les négociations permettant la signature du protocole de Brazzaville, prélude au retrait des troupes cubaines et sud-africaines d'Angola, à l'indépendance de la Namibie et à la fin de la guerre froide en Afrique.

Face à un vent de contestation grandissant après la chute du mur de Berlin, il est contraint d'organiser en 1991 une conférence nationale qui ouvre le pays au multipartisme. Lors de la présidentielle de 1992, il est battu par Pascal Lissouba. Le Congo s'enfonce alors dans un cycle de violences marquées par trois guerres civiles en une décennie.

En 1997, le pays, qui prépare une élection présidentielle, voit s'opposer pendant plusieurs mois ses miliciens "cobras", appuyés vers la fin des hostilités par des militaires angolais, aux milices du président Lissouba.

Sorti vainqueur de ce conflit, M. Sassou transforme sa victoire militaire en triomphe électoral (près de 90% des suffrages) lors de la présidentielle de 2002, boycottée par les principaux dirigeants de l'opposition. La même année est adoptée une constitution consacrant un régime présidentiel fort.

En 2009, M. Sassou Nguesso est réélu, avec plus de 78% des suffrages.

S'affirmant désormais "socialiste hybride" après l'adoption de la "doctrine sociale-démocrate" par le PCT, le président, toujours bien mis dans des costumes occidentaux taillés sur mesure ou des tenues plus africaines, utilise la rente pétrolière pour développer des grands projets d'infrastructures et de développement.

- Emprise familiale sur l'État -

Les médias officiels vantent régulièrement ces réalisations ou présentent le président congolais comme "l'apôtre de la paix" ou "l'artisan de la démocratie".

Mais si le Congo a pu accéder au statut de "pays à revenu intermédiaire", la pauvreté y "reste endémique", selon le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur l'économie congolaise, et les détracteurs du président dénoncent l'emprise de sa famille et de son ethnie mbochi sur l'État et la tendance du régime à la répression de toute forme de dissidence.

M. Sassou Nguesso et sa famille sont visés en France par une enquête pour "recel de détournement de fonds publics" concernant leur patrimoine immobilier dans l'Hexagone.

Affublé de nombreux surnoms, dont le plus affectueux est sans doute "Otchouembé", terme mbochi qui évoque un lutteur traditionnel aux muscles aussi durs que l'ébène, M. Sassou Nguesso a un goût prononcé pour les affaires diplomatiques.

Depuis la mort, en 2009, du président gabonais Omar Bongo, qui avait épousé sa fille, il endosse volontiers le rôle du "patriarche" ou du "vieux sage" et officie comme médiateur régional pour la résolution de la crise centrafricaine.

bur/mj/mbb/jhd