NOUVELLES
25/10/2015 08:17 EDT | Actualisé 26/10/2015 10:11 EDT

L'hypnose à l'assaut du harcèlement

Josette Marquis

Lutter contre l’intimidation est désormais possible grâce à l’hypnose. Cette pratique thérapeutique vieille d’environ 200 ans pourrait aider les victimes d’intimidation à faire face à ce fléau.

Courriels malveillants, menaces perpétuelles, harcèlement moral et sexuel, l’intimidation se présente sous plusieurs formes en milieu scolaire ou professionnel. Ces dernières années, les suicides d’adolescents victimes d’intimidation ont fait l’actualité.

Selon l’institut de recherche en santé du Canada, le Canada figure au 9e rang parmi 35 pays concernant l’intimidation à l’école. Au moins un adolescent sur trois affirme avoir été victime d’intimidation à l’école. Environ 40% des travailleurs canadiens sont victimes d’intimidation.

Certains professionnels de la santé cherchent à éradiquer ce mal par l’hypnose. Membre de l’ordre des psychologues du Québec et de la Société québécoise d’hypnose, Rémi Côté va à la source et utilise l’hypnose clinique afin d’éliminer l’intimidation.

«J’intègre l’hypnose clinique dans la psychothérapie. Quand je fais de la psychothérapie, j’utilise la technique d’hypnose. Pour traiter les problématiques d’intimidation on doit souvent faire de la psychothérapie. Pas exclusivement, mais on peut utiliser des techniques d’induction d’hypnose, des techniques d’hypnose», explique le psychologue scolaire qui exerce aussi en pratique privée.

Définir l’hypnose

La définition de l’hypnose est nébuleuse. Chaque spécialiste a sa propre définition, mais si l’on pouvait expliquer l’hypnose de manière simple et concise on la définirait ainsi : l’hypnose est un état modifié de conscience (EMC), entre le rêve et la réalité. En se mettant en hypnose on reproduit de manière intentionnelle cet état de conscience avec un objectif qui peut être de soigner ou d’accompagner un mal, une dépendance ou une phobie. Le sujet est mis dans un état proche du rêve et son attention est portée à la fois sur un point visuel précis et sur la voix de l’hypnothérapeute.

Dans le cas de l’intimidation, le docteur Rémi Côté opte pour la méthode conventionnelle. «Je fais une hypnose plus classique, les yeux fermés, assis, étendu sur un fauteuil où il n’y a aucun mouvement musculaire. Après environ 5 ou 10 minutes, on atteint un état de transe qui s’apparente à un état de rêve, un état hypnagogique. Dans cet état, la personne peut se voir, elle peut se visualiser dans les situations de la vie, vivre avec un grand réalisme des situations vécues en imaginant des résolutions, ou encore des scénarios précis, comme s’il s’agissait de réalité virtuelle en très grande définition. Par exemple, le client peut s’imaginer répondre à un intimidateur», raconte-t-il.

Cette thérapie amène le patient à pouvoir trouver des ressources pour se sortir des situations d’intimidation, ne pas les refouler et ainsi vaincre ses peurs.

Le sujet, seul maître à bord

L’hypnose est aussi utilisée comme outil thérapeutique afin d’amener le patient à reprendre les commandes de sa vie « avec l’intimidation, ce qui est important, c’est de redonner le pouvoir à la personne. L’adulte ou l’enfant reconnaît ses capacités, il reconnaît qu’il a sa place dans l’établissement et qu’il peut vivre en paix à l’intérieur de lui-même », explique Josette Marquis, hypnologue, coach certifiée et naturothérapeute à Québec.

Pour ce type de thérapie, l’imagerie a son importance. On demande au sujet d’aller chercher au fond de lui l’image qu’il a de lui-même et de la transformer en quelque chose de positif. « Souvent, quand une personne souffre d’intimidation, je lui propose un outil très simple qu'elle peut pratiquer partout et créer des ancrages positifs. C'est l'auto-hypnose qui va amener une image positive d'elle, afin de l'aider à se sortir de l'angoisse que cette situation crée, prendre position et l'amener vers une libération émotionnelle et psychique. L’hypnose va lui redonner une force au niveau de son identité, de son estime de soi», précise-t-elle.

Un mythe à bannir

Si certains pensent que l’hypnose est un substitut, en réalité, il serait plutôt un accompagnement pour une meilleure guérison. « L’hypnose est un bon outil de soutien pour accompagner les personnes souffrant de toutes sortes de pathologies », souligne Emmanuel Sabouret, hypnothérapeute, formateur en hypnose et coach certifié à Québec. Grâce à l’hypnose, la personne intimidée n’est plus seule, elle peut utiliser plusieurs outils pour trouver les solutions qui lui permettront de s’en sortir et d’atteindre un état désiré.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 5 Science-Backed Health Benefits Of Hypnosis Voyez les images