NOUVELLES
24/10/2015 08:34 EDT | Actualisé 24/10/2016 01:12 EDT

Thaïlande: un gradé de la police accusé de lèse-majesté se pend en détention

Un gradé de la police thaïlandaise, mis en examen cette semaine pour lèse-majesté au côté d'un influent astrologue, s'est pendu en détention, ont annoncé samedi les autorités.

Le major Prakrom Warunprapa, 44 ans, a été découvert par un gardien "pendu dans sa cellule" tard vendredi soir, a annoncé l'administration pénitentiaire.

"Le gardien lui a procuré les premiers secours avant son évacuation vers l'hôpital, où il a été déclaré mort", précise le communiqué de l'administration pénitentiaire, qui assure avoir ouvert une enquête.

Le policier avait été présenté mercredi devant un tribunal militaire de Bangkok, au côté de l'astrologue Soothsayer Suriyan Sucharitpholwong, habitué des plateaux de télévision et conseiller de stars.

La junte militaire au pouvoir depuis un coup d'Etat réalisé en mai 2014 au nom de la défense de la monarchie leur reproche, ainsi qu'à un troisième homme arrêté dans la même affaire, d'avoir "assuré être proches de la plus haute institution dans le but d'en tirer des avantages".

La "plus haute institution" désigne en thaï la famille royale, protégée par une loi de lèse-majesté punissant de plusieurs années de prison tout manque de respect à la monarchie.

Depuis leur prise de pouvoir, les militaires ont fait de la lutte contre le crime de lèse-majesté leur cheval de bataille, dans un contexte de grande incertitude liée à la succession du roi Bhumibol Adulyadej, 87 ans, doyen des monarques en exercice, hospitalisé depuis des mois.

Si son père fait l'objet d'un culte de la personnalité depuis des décennies lui assurant un statut de demi-dieu, le prince Maha Vajiralongkorn, âgé de 63 ans, ne jouit pas de la même réputation.

Le prince héritier a divorcé en décembre 2014 de sa dernière femme, en disgrâce depuis un scandale de corruption impliquant sa famille.

De nombreux membres de sa famille ont été emprisonnés pour lèse-majesté, accusés d'avoir profité de leur statut de proches de "la plus haute institution" pour tirer des bénéfices financiers.

Cela a été largement interprété comme une opération de nettoyage de l'entourage du futur monarque, très peu commentée cependant dans la presse thaïlandaise, dans un contexte de forte autocensure.

ask-dth/cr/