NOUVELLES
24/10/2015 09:39 EDT | Actualisé 24/10/2016 01:12 EDT

Mondial-2015 - Live from London: les petites histoires de la Coupe du monde

Les petites histoires de la Coupe du monde:

Interdit de copier. Entraîneur du XV de la Rose lors du titre de 2003, Clive Woodward reste un personnage central du rugby anglais. Et même s'il n'est pas prévu (pour l'instant) qu'il soit auditionné par la Commission chargée d'enquêter sur le fiasco au Mondial-2015, il donne son avis sur le modèle à mettre en place. "Les All Blacks ont tout ce que nous n'avons pas mais il ne faut surtout pas les copier", écrit-il dans une chronique dans The Daily Mail. Selon lui, chaque nation doit garder une identité de jeu et organisationnelle.

Éloge du drop. Auteur du drop de la victoire des Springboks face aux All Blacks, durant la prolongation, en finale de la Coupe du monde 1995, Joel Stransky plaide pour une utilisation plus massive du geste. "C'est très difficile de défendre contre. Et à 60 ou 70%, c'est la garantie de marquer des points", dit-il dans les colonnes du Daily Telegraph. L'édition 2015 est effectivement la moins prolixe en la matière, avec seulement cinq drops passés avant les demi-finales samedi et dimanche. Le record avait été établi lors de l'édition 2003, avec 23 drops passés, dont celui inscrit pour la postérité par l'Anglais Jonny Wilkinson en prolongation de la finale.

La méthode Ledesma. L'entraîneur argentin de la mêlée australienne Mario Ledesma a surpris les Wallabies par des méthodes peu conventionnelles. L'une d'entre elles consiste à s'allonger sur le dos, dans le tunnel formé par les deux packs, là où le demi de mêlée introduit habituellement le ballon. Ce point de vue incongru lui offre une meilleure idée des postures des uns et des autres. "Je ne comprenais absolument pas ce qu'il faisait", révèle, amusé, le troisième ligne Michael Hooper. "Il était en train de ramper au milieu des joueurs et je me disais: +mais qu'est ce que ce type est en train de faire ?+ Je pensais que la mêlée allait s'écrouler sur lui mais les gars ont réussi à tenir. Mettre à ce point les mains dans le cambouis souligne à quel point il est investi."

Du boulot pour le jardinier. Responsable de la pelouse de Twickenham depuis 13 ans, Keith Kent n'a jamais eu autant de travail, avec deux quarts de finale le week-end dernier et les deux demi-finales ce week-end. Dans cette semaine particulière, la pelouse, qui comprend 3% de gazon artificiel, a d'abord été arrosée, tondue et roulée 3 fois, et elle a reçu mercredi un petit apport en engrais colorant. Entre les deux demi-finales, Keith Kent compte sur les averses prévues samedi soir pour remettre l'aire de jeu en état. Avant une ultime mise au point dimanche matin.

Pochettino soutien les Pumas. L'entraîneur argentin de l'équipe de football de Tottenham Mauricio Pocchetino sera avec les Pumas dimanche même s'il ne pourra vraisemblablement pas regarder la demi-finale, retenu par un match de Premier League face à Bournemouth. "J'étais à Cardiff dimanche dernier" pour le quart de finale face à l'Irlande (43-20), "c'était fantastique", a-t-il souligné. "J'ai toujours été un grand fan de rugby. Quand je jouais en France (au Paris Saint-Germain puis à Bordeaux), je voyais souvent les Argentins du Stade Français", a-t-il poursuivi. "Ce sera difficile d'attendre pour avoir le score parce que ma femme et mon enfant seront devant le match. Ils vont me tenir informé par téléphone, ils ne pourront pas s'en empêcher", a souri Pocchetino.

jmt/pyv