NOUVELLES
24/10/2015 17:29 EDT | Actualisé 24/10/2016 01:12 EDT

Manifestation violente au Monténégro pour réclamer la démission du gouvernement

PODGORICA, Monténégro — Une manifestation violente a secoué la capitale du Monténégro, samedi. Les sympathisants des partis d'opposition, qui réclament la démission du premier ministre Milo Djukanovic et de son gouvernement, ont lancé des bombes incendiaires et des torches, alors que la police les a aspergés de gaz lacrymogène.

Des milliers de manifestants ont convergé près de l'édifice du Parlement au centre-ville de Podgorica en scandant «Milo, traître» et en projetant des objets, dont des bombes incendiaires, à l'escouade policière antiémeute qui surveillait le site. La police a chassé les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène et de véhicules blindés.

Les manifestants antigouvernement s'étaient réunis avant à une place centrale de la capitale, où ils ont promis de faire tomber le gouvernement. Le chef d'un parti de l'opposition, Nebojsa Medojevic, a plaidé que le «dictateur» devait tomber, faisant référence à M. Djukanovic, qui est au pouvoir depuis 25 ans et qui se fait accuser d'autoritarisme par l'opposition.

Le premier ministre monténégrin souhaite se joindre aux rangs de l'Organisation du traité d'Atlantique Nord (OTAN), ce qui suscite la grogne de l'opposition. Certains manifestants brandissaient des pancartes demandant la «neutralité militaire» du Monténégro.

L'opposition réclame en outre des élections anticipées et un référendum sur l'adhésion du pays à l'OTAN. 

Le gouvernement monténégrin pro-occidental espère être invité à l'alliance militaire en décembre, ce à quoi s'opposent certains citoyens encore attachés à la Russie.

Le Monténégro, pays de quelque 600 000 habitants, a accédé à son indépendance de la Serbie en 2006.