NOUVELLES
23/10/2015 21:49 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

L'ouragan Patricia baisse d'intensité

L'ouragan Patricia, considéré comme l'un des plus puissants et potentiellement dévastateur de l'histoire, a frappé vendredi la côte pacifique du Mexique, arrachant les arbres, retournant les voitures et contraignant des milliers de personnes à fuir, a annoncé l'agence météorologique locale.

Le cyclone générait des vents d'une force estimée à 265 km/h lorsqu'il a frappé une zone relativement peu peuplée entre le port de Manzanillo et la station balnéaire de Puerto Vallarta, dont quelque 15 000 touristes étrangers et mexicains ont été évacués. L'œil de l'ouragan a frappé la localité de Emiliano Zapata, à 95km de l'important port de Manzanillo, à 18h15 heure locale (23h15 GMT), a annoncé à la télévision le directeur de la Commission mexicaine de l'eau, Roberto Ramirez.

Les autorités ont déplacé des habitants, fermé les ports, les écoles, et évacué des touristes avant l'arrivée dans l'Etat de Jalisco de cet ouragan classé catégorie 5 - maximale sur l'échelle de Saffir-Simpson -, selon le centre des ouragans de Miami.

L'ouragan a rapidement baissé d'intensité en touchant terre, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC) des États-Unis, qui l'a ramené de catégorie 5, la plus élevée, à catégorie 4 et a estimé qu'il devrait se transformer en simple tempête tropicale d'ici à samedi matin.. Un peu plus tôt, des vents records de 325 km/h avaient été enregistrés.

Le NHC avait indiqué dans la journée que Patricia était le plus puissant ouragan jamais enregistré sur la côte pacifique américaine.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) avait souligné de son côté qu'il était comparable en intensité au typhon Haiyan, qui a fait 6300 morts il y a deux ans aux Philippines.

L'ouragan a fait souffler des vents violents et déversé des pluies torrentielles dans une région s'étendant de Manzanillo à la station balnéaire de Puerto Vallarta, à l'ouest de Guadalajara, où des milliers de personnes ont été évacuées et où celles qui restaient avaient trouvé refuge dans des abris.

Des touristes évacués

Environ 7000 touristes étrangers et 21 000 touristes mexicains séjournaient dans la station balnéaire avant l'arrivée de Patricia, selon le secrétaire au Tourisme de l'État de Jalisco, Enrique Ramos Flores.

Toutes les boutiques ont été fermées dans la ville touristique de Puerto Vallarta et les propriétaires ont calfeutré leurs vitrines.

« J'ai distribué des rubans adhésifs à des gens qui n'étaient pas préparés », racontait Ramiro Arias, propriétaire d'une boutique d'encadrement.

Dans la station balnéaire de Puerto Vallarta, plus au nord-ouest, l'ordre d'évacuation des hôtels situés en bord de mer a été diffusé par haut-parleur et les rues étaient totalement désertes lorsque l'ouragan a atteint la région. Des touristes ont été conduits vers des abris, l'aéroport ou des stations d'autobus. Selon les autorités, 3 500 personnes au total ont quitté Puerto Vallarta par autobus et avion.

Un centre de la Croix-Rouge a été transformé en abri pour 109 personnes parmi lesquels des Américains, des Canadiens et des Italiens.

Mais quelques heures plus tard, les autorités ont dit avoir autorisé quelque 200 touristes à regagner leurs hôtels, non sans leur avoir conseillé de rester dans les abris.

« Dieu merci, nous retournons à l'hôtel. La tempête n'est pas si mauvaise et tout ce que je veux maintenant, c'est un lit confortable », a dit Martha Medgers, une Américaine de 67 ans. 

Le président mexicain Enrique Pena Nieto a souligné qu'il était difficile de prédire l'ampleur des dégâts, qui pourrait selon certains experts traverser le pays jusqu'au golfe du Mexique, dans la mer des Caraïbes. « Ce qui est sûr, c'est que nous avons affaire à un ouragan d'une puissance jamais vue », a déclaré le président. 

À 400 km au-dessus de la Terre, dans la Station spatiale internationale, l'astronaute américain Scott Kelly a tweeté une photo de l'énorme masse nuageuse de l'ouragan Patricia alors que celui-ci approchait des côtes.

Les pays voisins offrent leur aide

Le président Barack Obama a annoncé que des spécialistes américains des désastres étaient sur place et prêts à aider. Il a également adressé un message de soutien au peuple mexicain.

Le Venezuela a lui aussi proposé son assistance. « Nous sommes solidaires du Mexique, nous sommes à la disposition du gouvernement et du peuple mexicain pour leur apporter l'aide dont ils pourraient avoir besoin en ce moment », a déclaré à Caracas le président vénézuélien Nicolas Maduro.

Patricia devrait apporter des précipitations pouvant atteindre 51 cm dans les États mexicains de Jalisco, Colima, Michoacán et Guerrero, ce qui pourrait générer des glissements de terrain.

Les autorités ont coupé l'électricité de Puerto Vallarta à Manzanillo pour éviter les électrocutions.

Des résidents à risque

Jose Maria Tapia Franco, directeur du Fonds national des désastres, a souligné que 400 000 personnes vivaient dans des conditions précaires dans le secteur.

Les autorités ont déployé 400 policiers fédéraux pour venir en aide à la population.

Dans le village de Boca de Pascuales, les autorités ont mis 70 personnes à l'abri et 30 autres ont quitté la côte pour se rendre à l'intérieur des terres chez des proches.

Les services d'urgence ont été mobilisés et les autorités ont ordonné jeudi la fermeture d'écoles dans les États de Jalisco, Colima et Guerrero.

Les ports ont été fermés dans les États de Jalisco, Nayarit, Michoacán, Guerrero et Oaxaca. Celui d'Acapulco, dans l'État du Guerrero, l'est également aux bateaux de grande taille.

En 2013, deux tempêtes quasi simultanées avaient touché les côtes pacifique et atlantique du Mexique, entraînant la mort de 157 personnes.