NOUVELLES
24/10/2015 09:37 EDT | Actualisé 24/10/2016 01:12 EDT

John Kerry annonce des mesures pour apaiser les tensions à Jérusalem

AMMAN, Jordanie — Le secrétaire d'État américain John Kerry a déclaré samedi qu'Israël et la Jordanie avaient accepté une série de mesures pour apaiser les tensions sur un site saint de Jérusalem, qui a été le théâtre d'une escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens depuis plus d'un mois.

«La violence et l'incitation à la violence doivent cesser. Les chefs doivent agir en tant que leaders», a lancé M. Kerry aux journalistes après avoir rencontré le roi Abdallah II et le leader de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans la capitale jordanienne.

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué que ces mesures incluent notamment une surveillance vidéo continue du site et la réaffirmation par Israël du rôle historique de la Jordanie comme gardienne du site, connu par les Juifs comme étant le Mont du Temple et par les musulmans comme étant le Noble sanctuaire.

Selon M. Kerry, c'est le roi de Jordanie qui a proposé d'instaurer une surveillance vidéo sur l'esplanade des Mosquées, une suggestion qu'a accepté le premier ministre isréalien Benyamin Netanyahou.

Israël a assuré qu'elle ne tenterait pas de changer les règles qui régissent le site ou encore de le diviser, a déclaré M. Kerry. Il a ajouté que les autorités israélienne et jordanienne se rencontreront pour déterminer comment ils renforceront la sécurité dans le secteur.

L'esplanade des Mosquées est revendiquée tant par les musulmans que par les juifs comme étant un lieu saint et est au coeur du conflit israélo-palestinien.

Le bureau du premier ministre israélien n'a pas voulu commenter la nouvelle dans l'immédiat. M. Netanyahou lui-même devrait faire le point sur la situation samedi soir.

M. Kerry, qui s'était entretenu avec M. Netanyahou à Berlin jeudi, a souligné que les chefs «ont exprimé leur engagement clair à mettre fin aux violences et à restaurer le calme le plus vite possible».

«J'espère qu'à la lumière des conversations que j'ai eues, nous pourrons finalement mettre derrière nous des perceptions et des affirmations fausses sur le site saint, a mentionné M. Kerry. Ces perceptions ne font qu'exacerber les tensions et font escalader les violences. C'est crucial pour nous de mettre fin à la rhétorique de la provocation (...)», a-t-il dit.

Vendredi, Israël a levé les restrictions qu'elle avait imposées aux pèlerins musulmans qui souhaitaient accéder à l'esplanade des Mosquées les vendredis, le principal jour de prière pour les musulmans.

Ces restrictions concernaient les hommes âgés jusqu'à 50 ans et faisaient craindre aux Palestiniens qu'Israël ne tente de changer les règles régissant le lieu saint, règles qui permettent aux juifs de le visiter, mais pas de prier.

Ces peurs étaient également attisées par une hausse des visites d'activistes juifs au temple, parmi lesquels se trouvaient des membres du gouvernement de coalition de M. Netanyahou, qui demandaient des droits de prière.

Israël a nié à plusieurs reprises les allégations palestiniennes et accusé les leaders religieux et politiques palestiniens de mentir et d'inciter les jeunes à la violence.

Au cours des cinq dernières semaines, 10 Israéliens ont été tués dans des attaques perpétrées par des Palestiniens, alors que 49 Palestiniens ont perdu la vie, dont 28 ont été tués par l'armée israélienne qui soutient qu'ils voulaient commettre des attaques.