NOUVELLES
24/10/2015 15:48 EDT | Actualisé 24/10/2016 01:12 EDT

Des migrants sur une base britannique à Chypre demandent l'asile

Certains des 114 migrants arrivés récemment une base britannique dans le sud de l'île méditerranéenne de Chypre ont déposé une demande d'asile, a indiqué samedi l'armée britannique.

En vertu d'un accord de 2003 entre Nicosie et Londres, les migrants arrivant sur une base britannique doivent être remis aux autorités chypriotes pour que celles-ci traitent leur demande d'asile.

Massés sur deux bâteaux de pêche, ces migrants syriens, palestiniens et libanais, avaient atteint mercredi la base d'Akrotiri, près de la ville côtière de Limassol (sud), depuis laquelle des avions britanniques décollent pour des missions contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Irak.

"Un petit nombre de migrants a déjà déposé une demande d'asile", a indiqué l'armée britannique dans un communiqué.

La base d'"Akrotiri n'est pas une voie par laquelle des personnes peuvent rejoindre la Grande-Bretagne", insiste toutefois l'armée dans ce communiqué.

Tous les migrants pourraient être déplacés vers Dekhelia, l'autre base militaire britannique à Chypre.

"Un lieu d'accueil provisoire a été aménagé sur la base au cas où il faille y déplacer les migrants", précise l'armée.

"Selon les accords en vigueur, des responsables de la République de Chypre, en collaboration avec les autorités de la base continuent à recevoir les migrants et à traiter les demandes d'asile", a-t-elle ajouté.

Les 114 migrants --28 enfants, 19 femmes et 67 hommes-- sont pour l'instant hébergés dans un entrepôt sur la base d'Akrotiri.

Des responsables des services d'immigration chypriotes ont conduit avec eux des entretiens personnalisés pour décider des prochaines étapes à suivre.

En 1998, 75 migrants, pour la plupart des Kurdes d'Irak et de Syrie, avaient atteint la base d'Akrotiri en bateau.

Ils avaient été transférés vers l'autre base britannique, Dhekelia. Dix-sept ans plus tard, certains y vivent encore, après que leurs demandes d'asile répétées auprès des autorités britanniques eurent été rejetées.

cc/dr/mer/iw