NOUVELLES
23/10/2015 11:17 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Syrie: Paris veut interdire le largage d'explosifs et convoque une réunion ministérielle internationale

La France va déposer à l'ONU un projet de résolution pour interdire le largage en Syrie de barils d'explosifs, a affirmé vendredi son chef de la diplomatie Laurent Fabius, qui a aussi annoncé réunir la semaine prochaine plusieurs de ses homologues.

Cette annonce survient le jour d'une rencontre inédite à Vienne, à l'initiative de Moscou, des ministres des Affaires étrangères russe, américain, turc et saoudien, à laquelle n'a pas été associée la France, pas plus que l'Union européenne soumise à un afflux massif de réfugiés venant de Syrie.

"J'ai invité la semaine prochaine à Paris (...) nos amis allemand, britannique, saoudien, américain et d'autres encore (...) pour essayer de faire avancer les choses", a indiqué Laurent Fabius. "Ce qui compte, c'est qu'on puisse trouver une solution politique", a-t-il insisté lors d'un point-presse conjoint avec l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

"C'est le moment d'accélérer en utilisant peut-être aussi le fait que la Russie a beaucoup d'influence actuellement en Syrie pour qu'il y ait une vraie initiative politique qui inclut tout le monde", a dit le responsable de l'ONU, citant l'Iran.

Interrogé sur une présence de son homologue russe, Sergueï Lavrov, à la prochaine réunion de Paris, le ministre français a répondu: "Non, je ne pense pas". "Il y aura d'autres réunions où nous travaillerons avec les Russes".

Son entourage a précisé que les ministres turc et saoudien - présents à Vienne avec les chefs de la diplomatie russe et américain - viendraient en revanche à Paris. L'Iran n'est pas convié, a-t-on ajouté de même source.

"Il faut faire en sorte que le régime de Bachar al-Assad arrête de bombarder les populations civiles", a aussi déclaré Laurent Fabius.

Pour cela, "la France dépose dans les jours qui viennent une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour interdire ce qu'on appelle le +barrel bombing+ (bombardement au moyen d'hélicoptères de barils d'explosifs)", a-t-il dit.

Jeudi, l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, avait déjà indiqué qu'un texte serait déposé prochainement. Il avait précisé que l'Espagne et le Royaume Uni étaient parties prenantes à cette démarche.

Selon l'entourage de Laurent Fabius, le projet de résolution devrait être déposé en milieu de semaine prochaine. "C'est un test pour les Russes (...) on va les prendre au mot, on va voir si dans le contexte nouveau" de leur intervention, ils vont actionner "les leviers" qu'ils ont désormais sur le régime Assad, a-t-on précisé de même source.

"Il y a des élections prévues l'année prochaine en Syrie", a aussi noté Staffan de Mistura. "C'est ce qu'on dit tous, la clé est dans la main des Syriens qui doivent avoir la possibilité libre, peut-être à travers les Nations unies et donc une présence internationale réelle, d'exprimer leur opinion sur leur futur et qui va gérer leur futur".

Le dernier mot doit "revenir au peuple syrien", avait aussi déclaré le président russe Vladimir Poutine après avoir reçu cette semaine son homologue syrien.

prh-nou/bpi/mr

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!