NOUVELLES
23/10/2015 09:02 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Le tueur au sabre suédois, jeune raciste brutalement passé à l'acte

Fasciné par le Troisième Reich, le Suédois de 21 ans qui a tué deux personnes dans une école accueillant une majorité d'élèves immigrés apparaît comme un jeune fanatisé par la nébuleuse néo-nazie sur les réseaux sociaux.

La police, qui a abattu le meurtrier sur les lieux de ses crimes à Trollhättan (sud-ouest) jeudi matin, n'a pas dévoilé son identité. Mais la presse désigne unanimement Anton Lundin-Pettersson, un garçon solitaire dont les traits juvéniles voilaient les démons intérieurs.

Inconnu des services de police, celui que ses amis décrivent comme un être poli et discret est brutalement passé à l'acte jeudi, "choisissant ses victimes" en fonction de leur "origine ethnique".

Armé d'un sabre et d'un long couteau, masqué, portant un casque noir rappelant Dark Vador de "La Guerre des étoiles", mais aussi les soldats allemands de la Seconde Guerre mondiale, il a tué de sang froid un enseignant et un élève et grièvement blessé un autre professeur et un écolier.

"Il marche comme un militaire dans les couloirs avec ses armes (...) Ceux qui avaient la peau foncée ont été attaqués", a détaillé lors d'une conférence de presse le commissaire Thord Haraldsson.

D'après lui, le meurtrier avait laissé une "sorte de lettre de suicide", conscient du risque d'être tué lui-même au bout de son équipée sanglante.

Fasciné par les films de guerre et les romans de Stephen King, amateur de musique hard rock comme celle de Rammstein ou Rob Zombie, "il était solitaire. Il jouait aux jeux vidéo, il vivait dans son monde", a témoigné un ancien camarade de classe joint par le quotidien Expressen.

Le magazine Expo, spécialiste de l'extrême droite, a révélé qu'il avait publié sur son compte YouTube des films sur Adolf Hitler et le nazisme. Il suivait plusieurs pages Facebook à la gloire du Troisième Reich.

Violemment hostile à l'islam, il avait relayé sur son site Facebook un appel du parti des Démocrates de Suède (le troisième le plus représenté au Parlement) à la tenue d'un référendum sur l'immigration.

- 'Sauver la race blanche' -

Daniel Poohl, rédacteur en chef d'Expo, fait le rapprochement avec "ces jeunes Américains blancs en colère qui se sont radicalisés sur le net" et passent à l'acte pour "sauver la race blanche".

Le jeune homme était un enfant du pays, originaire de Trollhättan, ville industrielle de 57.000 habitants où plus de 20% de la population est d'origine étrangère. Il a délibérément visé un quartier pauvre où il était sûr de croiser beaucoup d'habitants originaires du Moyen-Orient ou d'Afrique, selon les enquêteurs.

Lui habitait un appartement dans un immeuble de deux étages en brique jaune, au sein d'un quartier de la classe moyenne. La police le perquisitionnait encore vendredi matin, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les preuves collectées à son domicile confortent d'ores et déjà la thèse du crime raciste, selon les enquêteurs, attestant du glissement idéologique du meurtrier qui de l'aveu de ceux qui l'ont approché "vivait dans son monde".

"Il a toujours des vêtements noirs, ou des tenues camouflage", disait une connaissance interrogée par le quotidien Aftonbladet. Un voisin a confié qu'il ne répondait jamais quand il le saluait. "Il baissait la tête et passait son chemin", a-t-il témoigné.

Sa page Facebook, fermée depuis, affichait 27 amis. Après la tragédie, la plupart s'étaient retirés de sa liste de relations.

En 2012, quand il était lycéen dans une filière technique, il avait fait parler de lui en bien dans les médias locaux en se qualifiant avec un camarade pour la finale d'un concours récompensant les jeunes inventeurs.

hh/gab/amd

FACEBOOK

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!