NOUVELLES
23/10/2015 04:59 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

La République du Congo, sous la férule de Sassou Nguesso

Le Congo est dirigé par Denis Sassou Nguesso, président de 1979 à 1992 sous le régime du parti unique, revenu au pouvoir en 1997 au terme d'une guerre civile, avant de se faire élire en 2002 et 2009 à l'issue d'élections contestées par l'opposition.

- Soulèvement, insurrection et putschs -

Ancienne colonie française, le Congo accède à l'indépendance le 15 août 1960. L'abbé Fulbert Youlou en est le premier président. En 1963, Alphonse Massamba-Débat est porté au pouvoir par la Révolution congolaise des "Trois Glorieuses".

En 1968, il est renversé par Marien Ngouabi, qui instaure la République populaire du Congo avec une formation marxiste-léniniste, le Parti congolais du travail (PCT). Le général Joachim Yhombi-Opango arrive au pouvoir après l'assassinat, en 1977, du président Ngouabi, mais est destitué en 1979 par le comité central du PCT, qui nomme M. Sassou Nguesso pour le remplacer.

En 1991, face à une contestation croissante, ce dernier laisse s'ouvrir une conférence nationale qui instaure le multipartisme. M. Sassou Nguesso est battu à la présidentielle de 1992 par Pascal Lissouba.

- Guerres civiles -

En 1993-1994, la contestation par l'opposition des résultats des législatives provoque des affrontements entre milices des partis de l'opposition et de la majorité présidentielle (2.000 morts).

En 1997, une nouvelle guerre civile (entre 4.000 et 10.000 morts) aboutit au renversement de M. Lissouba par M. Sassou Nguesso.

En 1998-1999, de nouveaux combats font des milliers de morts et des centaines de disparus. La région du Pool (sud) est jusqu'en 2003 le théâtre d'affrontements entre troupes gouvernementales et miliciens rebelles.

- Deux mandats de Sassou Nguesso -

Élu au premier tour de la présidentielle de 2002 avec près de 90% des suffrages, M. Sassou Nguesso récidive en 2009 avec 78% des voix lors d'un nouveau scrutin contesté par l'opposition.

La nouvelle Constitution instaure un régime présidentiel, accordant de larges pouvoirs au chef de l'État.

En 2012, le PCT, au pouvoir, obtient sans surprise la majorité absolue à l'Assemblée nationale. L'opposition dénonce de "flagrantes irrégularités".

- Le pétrole en recul -

Le secteur pétrolier demeure le principal moteur de l'économie du Congo, quatrième producteur d'or noir en Afrique subsaharienne.

En 2013, le président Sassou Nguesso a déclaré que le Congo avait enregistré une baisse de sa production pétrolière liée notamment au vieillissement des gisements exploités. Le pays s'est tourné vers d'autres secteurs d'activité, comme l'exploitation du bois, 2e produit d'exportation.

Après les guerres civiles qui ont ravagé l'économie, la reprise économique s'est amorcée en 2000, mais la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Selon la Banque mondiale, le RNB (Revenu national brut) par habitant s'élevait à 2.710 dollars en 2014. Depuis 2014, la baisse des cours du pétrole affecte fortement le budget de l'État.

- 4,5 millions d'habitants -

Pays d'Afrique centrale, le Congo (342.000 km2) est limitrophe du Gabon, du Cameroun, de la Centrafrique, de la République démocratique du Congo et de l'enclave angolaise du Cabinda. Sa population s'élevait à 4,5 millions d'habitants en 2014, selon la Banque mondiale.

acm/vdr/mj/mbb/fra/jhd

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!