NOUVELLES
23/10/2015 07:44 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Heurts entre des étudiants et la police devant le siège du gouvernement sud-africain (AFP)

La police anti-émeute sud-africaine a dispersé vendredi à coup de grenades assourdissantes un groupe d'étudiants qui manifestaient contre l'augmentation de leurs frais de scolarité devant le siège du gouvernement à Pretoria, a constaté l'AFP.

Quelques étudiants parmi les milliers qui manifestaient avaient jeté des pierres sur des policiers et mis le feu à des toilettes mobiles sur la pelouse d'Union Buildings où le Président Jacob Zuma doit s'adresser à la foule, à l'issue d'une réunion avec les leaders de la contestation.

Malgré les grenades assourdissantes, plusieurs manifestants continuaient de tenter de forcer les grilles qui les séparent du siège du gouvernement, réclamant que le Président Zuma vienne leur parler.

"J'espère que cette violence va cesser et que Zuma va venir devant nous avec une solution. C'est la période des examens et nous avons besoin d'être dans nos universités", a déclaré Jessica Littlewood, une étudiante de 20 ans, à l'université de Pretoria.

Avant les heurts, le ministre de la sécurité publique David Mahlobo s'était adressé à la foule, assurant qu'une "solution à l'amiable" allait être trouvée et demandant aux manifestants d'être "patients".

Les étudiants ont commencé à manifester la semaine dernière protestent à travers tout le pays contre l'augmentation des frais de scolarité qui empêchera, selon eux, les plus pauvres d'avoir accès à l'enseignement supérieur.

Ils dénoncent plus généralement le manque d'opportunités dans un pays où la moitié des jeunes est au chômage.

Dans la matinée, les manifestants des différentes universités de Pretoria et Johannesburg avaient défilé sans incident dans les rues de la capitale sud-africaine pour rejoindre Union Buildings, où présence policière avait été renforcée.

"Les gens doivent savoir que nous nous battons pour nos droits, pour une éducation gratuite", a expliqué Nosi Makab, 20 ans, étudiant dans la capitale sud-africaine.

"L'Afrique du Sud doit investir davantage dans l'éducation pour former ses leaders de demain", a déclaré Kgotsi Genge, un étudiant de 22 ans de l'université de Pretoria.

"Le gouvernement pense qu'on joue, ils pensent qu'on veut juste rater des cours mais nous allons continuer le combat", a-t-il poursuivi.

sf-pid/jlb

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!