NOUVELLES
23/10/2015 08:44 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Djibouti: vague d'arrestations au sein d'un mouvement rebelle

Sept personnes soupçonnées d'être liées au Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie (Frud), un mouvement armé d'opposition, ont été arrêtées ces derniers jours à Djibouti, a-t-on appris vendredi auprès de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH).

"Le secret de leur détention est totalement absolu (...) Ces personnes n'ont ni le droit de visite de leur famille, ni d'un avocat, encore moins d'un médecin puisqu'elles sont systématiquement torturées dès leur arrestation", indique le président de la LDDH, Omar Ali Ewado.

Ces nouvelles arrestations s'ajoutent à 19 interpellations déjà rapportées par la LDDH depuis le 3 octobre à Lac Assal, Tadjourah, Bahlo, Guirori, Obock et Djibouti.

"A notre connaissance, rien de sérieux ne leur est reproché si ce n'est leur lien familial avec certains éléments du Frud", ajoute Omar Ali Ewado.

Cette vague d'arrestations fait suite à l'attaque, le 30 septembre, de trois véhicules civils appartenant à une compagnie de construction par les rebelles du Frud dans une zone montagneuse du district de Tadjourah.

Le président du Frud, Mohamed Kadamy, a justifié l'attaque par le fait que ces véhicules transportaient selon lui des ravitaillements pour les unités de l'armée djiboutienne postée dans cette région où opèrent les rebelles, ont rapporté des médias locaux.

Le Frud mène des actions armées contre le gouvernement de Djibouti depuis 1991 et est à l'origine d'accrochages réguliers avec l'armée djiboutienne dans les montagnes des districts d'Obock et de Tadjourah (nord), près de la frontière érythréenne.

str-kal/cyb/fra

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!