NOUVELLES
23/10/2015 03:48 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Des milliers d'étudiants sud-africains manifestent devant le gouvernement

PRETORIA, Afrique du Sud — Des milliers d'étudiants universitaires sud-africains se sont rassemblés vendredi devant le siège du gouvernement pour dénoncer une hausse éventuelle de leurs droits de scolarité.

Le mouvement de protestation a pris une telle ampleur qu'il pourrait maintenant menacer le gouvernement du président Jacob Zuma.

Les étudiants, dont certains qui chantaient et dansaient, se sont massé sur la pelouse des Union Buildings de Pretoria, la capitale administrative du pays. Plusieurs manifestations ont été organisées au cours de la dernière semaine pour dénoncer la hausse prévue pour l'an prochain, mais celle-ci était la plus importante.

Il s'agit aussi d'une des plus grandes manifestations depuis la fin du régime de l'apartheid en 1994.

De nombreux étudiants accusent le gouvernement de ne pas faire assez pour venir en aide aux étudiants universitaires et à leurs familles, qui peinent à rembourser leurs dettes.

M. Zuma devait rencontrer vendredi les leaders étudiants et les dirigeants des universités. D'autres leaders du gouvernement et lui se sont dits sympathiques aux revendications des étudiants et favorables à leurs manifestations, tant qu'elles demeurent pacifiques.

Un hélicoptère de la police a survolé la scène pendant que des étudiants essayaient de renverser une clôture qui les empêchait de s'approcher des édifices gouvernementaux.

Les droits de scolarité des étudiants de premier cycle peuvent atteindre plusieurs milliers de dollars dans certaines universités, auxquels on doit ajouter le coût des manuels et du logement. Cela représente un fardeau important pour les étudiants les plus démunis, dans un pays où un gouffre important sépare toujours les mieux nantis des autres.

Les manifestations ont débuté la semaine dernière à l'Université de Witwatersrand, à Johannesbourg. L'institution a ensuite annoncé qu'elle renonçait à la hausse de 10,5 pour cent prévue en 2016. Les cours y sont suspendus au moins jusqu'à la semaine prochaine.

Trente personnes ont été arrêtées mercredi quand une manifestation étudiante a tourné au vinaigre au Cap.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!