NOUVELLES
23/10/2015 07:10 EDT | Actualisé 23/10/2016 01:12 EDT

Autochtones agressées: une enquête publique et indépendante est réclamée

VAL D'OR, Qc — À la suite de la diffusion d'un reportage troublant de Radio-Canada sur les sévices subis par des femmes autochtones à Val d'Or, les intervenants du milieu et les autorités locales réclament des enquêtes publiques et indépendantes sur ces événements et, plus largement, sur les femmes autochtones disparues ou assassinées.

Édith Cloutier, directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val d'Or, a souligné en conférence de presse vendredi que le gouvernement du Québec avait la responsabilité d'assurer la sécurité de tous ses citoyens. Elle a ainsi réclamé de façon «urgente» une enquête gouvernementale sur le cas spécifique de Val d'Or, ainsi qu'une commission d'enquête indépendante sur les femmes disparues ou assassinées.

Elle a rappelé que plusieurs autres femmes avaient été victimes de ces abus, qualifiant la situation de «tragédie nationale».

Mme Cloutier avait aussi demandé à ce que les huit policiers visés par des enquêtes soient suspendus temporairement — une demande qui a été accordée quelques minutes plus tard par la ministre de la Sécurité publique Lise Thériault.

Le chef de la Première Nation Abitibiwinni David Kistabish s'est dit «dégoûté» et «choqué» des révélations de l'émission «Enquête». Il a pressé le premier ministre désigné Justin Trudeau de mettre en oeuvre «dès maintenant» sa promesse d'instaurer une commission d'enquête publique sur les femmes autochtones disparues ou assassinées.

M. Kistabish a souligné que le Québec avait également ses responsabilités dans ce dossier, insistant qu'il fallait «faire le point, de nation à nation».

«Comme leader de ma communauté, je ne resterai pas les bras croisés, et je ne vais pas rester invisible», a-t-il prévenu.

Les propos de Mme Cloutier et du chef autochtone ont été précédés par le témoignage émotif de la famille de Sindy Ruperthouse, qui est disparue depuis maintenant 18 mois.

«On nous a arraché notre fille. Nous ne sommes plus les mêmes», a affirmé péniblement le père de la femme de 44 ans, Johnny Wylde.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!